02.01.2019

Kim de Jolies Chouettes

Paroles de Jolly Mama

Est-ce que tu pourrais te décrire en quelques mots ?

Je suis Kim. J’ai 33 ans et suis maman de 2 petites filles : Bianca, 3 ans, et Céleste, 8 mois.

Qu’est-ce qui t’a décidé à allaiter ton enfant ?
La décision a-t-elle été facile à prendre ?

Pour moi, ça a toujours été une évidence! Je n’ai jamais vraiment réfléchi à la question, c’est venu tout seul. Au fond de moi, je me dis que la nature est faite comme ça : les mamans produisent du lait pour leur bébé donc pourquoi je ne leur donnerais pas ? Après, je respecte et même comprends totalement les mamans qui font le choix de ne pas allaiter.

Raconte-nous la première fois où tu as allaité ton bébé ?

Pour ma première fille, c’était dans notre chambre à la maternité. Elle n’avait que quelques heures. Je l’ai pris tout contre moi et elle s’est mis à téter d’elle-même, sans que je n’ai besoin de la guider vraiment. Et puis elle s’est très vite endormie dans mes bras.
Pour ma seconde, elle a rampé sur mon torse pour venir téter quelques minutes après sa naissance. Je me souviens comme si c’était hier de l’intensité de son regard à ce moment-là.
Dans les deux cas, c’était un moment magique dont je me souviendrais toujours.

Comment se sont passés les débuts ?

J’ai beaucoup de chance puisque mes allaitements se sont tous les deux mis en place très rapidement et sans désagrément. Je n’ai jamais connu les montées de lait douloureuses ni les crevasses dont parlent certaines de mes amies. Même si au tout début ce n’est pas très agréable, je parlerais plutôt d’une petite gêne que de douleurs.
Mes deux puces ont été très différentes sur leurs fréquences de tétées : alors que Bianca devait téter toutes les 2h jusqu’à assez tard, Céleste a très vite mis jusque 6h entre deux tétées. Mais dans les deux cas, j’ai tout de suite adoré le contact de mon bébé contre moi. À mon sens, les tétées sont des moments câlins, suspendus dans le temps, où les seules chose qui comptent sont mon bébé et moi.

As-tu ressenti le besoin d’être aidé dans cette aventure ?

Pour ma seconde puce, j’ai consulté une conseillère en lactation pour éviter la perte de poids et d’énergie que j’avais subi lors de mon premier allaitement.

As-tu eu des petits “bobos” liés à l’allaitement ou des difficultés ? Comment les as-tu affrontés ?

Le seul petit bobo que j’ai eu lié à l’allaitement est une mastite, aux 5 semaines de ma deuxième puce. J’avais un engorgement, une inflammation du sein, de la fièvre et tous les symptômes de la grippe. J’ai consulté un médecin qui m’a prescrit une crème anti-inflammatoire, et ma conseillère en lactation qui m’a recommandé de masser mon sein, de mettre un gant chaud dessus très régulièrement et de faire téter ma puce au maximum. C’est passé au bout de quelques jours.

As-tu adapté ton alimentation pendant l’allaitement et notamment pour soutenir ta production de lait (tisane, aliments galactogènes…) ?
Quels ingrédients connais-tu comme étant galactogènes ?
Avais-tu de grosses « fringales » ?

J’ai adapté mon alimentation mais surtout pour éviter de perdre du poids. Je mange équilibré mais essaye de manger un maximum de fruits et légumes gras (dattes, avocats…). Je bois aussi parfois des tisanes d’allaitement et de la bière sans alcool. Il me semble que le fenouil et le houblon sont galactogènes.

Étais-tu particulièrement fatiguée dans les premiers mois de bébé ?

Oui, très ! Surtout pour ma première fille puisque j’ai perdu énormément de poids.

Aurais-tu aimé utiliser les snacks Jolly Mama ? Les utiliseras-tu lors d’une éventuelle prochaine grossesse ? Quel intérêt y vois-tu ?

Oui probablement ! D’ailleurs j’allaite encore et ai parfois des fringales donc je vais même les utiliser maintenant pour les éviter !

Comment as-tu vécu ta reprise du travail ? As-tu des conseils pour concilier reprise du travail et allaitement ?

Pour ma première, la question ne s’est pas posée puisqu’elle était sevrée avant que je ne reprenne le travail. Pour ma seconde, je pensais la sevrer mais finalement on a continué notre allaitement ! Je lui donne la tétée matin et soir (et souvent nuit ;)) et la journée elle mange ses purées, compotes, yaourts et boudoirs. Je conseillerais à chaque maman de s’adapter à son bébé. Pour moi, c’est ce rythme qui a marché, pour d’autres ce sera laisser des biberons de son lait au frigo. Être à l’écoute de son bébé et lui faire confiance c’est pour moi le plus important !

À quelle fréquence tirais-tu ton lait et à quels moments de la journée ? Raconte-nous un peu ta gestion des « stocks lactés » !

Personnellement, je n’ai jamais réussi à tirer mon lait. Probablement parce-que je n’en avais pas vraiment envie !

Quel est ton meilleur souvenir autour de l’allaitement ?

Quand mon aînée avait 4 mois, nous sommes allées toutes les deux à Miami pour rendre visite à ma grand-mère.
Étant assez pudique à l’époque, j’ai cherché un endroit pour allaiter dans l’avion, à l’abri des regards. L’hôtesse de l’air m’a gentiment proposé de me mettre en première classe derrière un rideau. J’avais mon bébé au sein, je voyais le ciel par le hublot… C’était juste magique !

Quels conseils donnerais-tu aux futures mamans qui souhaitent se lancer dans l’aventure de l’allaitement ?

Se faire confiance et faire confiance à son bébé !

Autre chose à nous raconter ?

Non, tout est dit !

Merci Kim !

Suivez-là sur Instagram

@JoliesChouettes

C’est par ici !

Découvrez nos carrés de céréales et composez votre box !

go to the shop !!