24.04.2020

Rencontre avec Ella de Megalowfood

Paroles de Jolly Mama

Est-ce que tu pourrais te décrire en quelques mots ?

Ella, 32 ans, j’ai une fille de 10 mois dont je m’occupe à plein temps, blogueuse spécialisée dans l’alimentation IG bas depuis 7 ans, auto-entrepreneur partie d’agences de publicité après 5 ans de bons et loyaux services.

Comment t’est venue la passion pour la food ?

J’ai toujours adoré manger et cuisiner. Mais c’était pas vraiment sain. J’adorais apprendre et découvrir et surtout passionnée par le bien-être, j’ai découvert les ravages de l’alimentation à IG élevée via deux livres coup de poing (Fat, pourquoi on grossit et Pourquoi le blé nuit à votre santé). J’ai arrêté blé et sucre et je me suis lancée à la recherche d’ingrédients et recettes alternatives pour garder toujours autant de plaisir et de gourmandise. Au bout d’un an j’ai partagé cela via mon blog  MegalowFood, crée de A à Z.

Ce n’est pas trop dur de concilier ton blog et ta vie de maman ?

Si, et j’en ai parfois un peu honte car je vois toutes ces mamans blogueuses comme moi avec une ou plusieurs enfants qui sont encore super actives sur les réseaux, à coup d’une recette publiée tous les deux jours etc. Je suis admirative ! De mon côté, j’ai encore du mal à me consacrer au blog et à mon “métier” (peut-être le tire-allaitement qui prend beaucoup plus de temps ?). Je suis en totale pause avec des posts et projets occasionnels. Au début c’était assez assumé, mais ma fille a 10 mois aujourd’hui. On est très fusionnelles, je m’en occupe depuis le début, on dort collée ensemble… j’ai peu de temps pour tester des recettes et les prendre en photo, elle perd patience avant même d’avoir fini. Je dois trouver un mode de garde mais le schéma de la crèche ne me plait pas forcément…

Etais-tu particulièrement fatiguée pendant la grossesse et dans les premiers mois de bébé ?

Oui, déjà par rapport à l’allaitement et aussi parce que ma fille a eu de gros reflux et vomissements. Beaucoup de portage, de dodo sur nous, de médecins (parfois cinq par semaine), et d’attention pour elle…. Très souvent il était 16h et je n’avais rien avalé encore. Le temps défilait et ma fille passait avant tout. J’ai eu la chance d’avoir mon conjoint avec moi pendant un mois pour me concentrer uniquement sur mon allaitement au sein (raté). 

Tu as allaité ta fille, est-ce quelque chose que tu voulais dès ta grossesse ?

Oui, étant hautement sensible à la nutrition en général et la santé par la nutrition, c’était pour moi indispensable de l’allaiter ! Je ne voyais pas autrement. Je voulais le meilleur pour ma fille. Je m’étais beaucoup renseignée.

As tu eu des petits “bobos” liés à l’allaitement ou des difficultés? Comment les as-tu affrontés?

Oh oui. Déjà à la maternité, j’étais choquée de souffrir autant. Les seins deviennent très sensibles même si je mettais lanoline et coquillage. Même le contact de l’air sur mes seins était insupportable et je passais la journée sein à l’air (dur dur de mettre une chemise pendant les visites ^^). La montée de lait après trois jours n’en parlons pas. Mes seins allaient exploser. Mais j’ai été ravie de voir qu’au bout de 4-5j, je m’étais habituée à tout ça et tout roulait. Jusqu’au 10ème jour où je commence à avoir mal au sein droit et je décide de mettre un bout de sein pour la tétée. En voulant le repositionner en cours de tétée je remarque qu’il est plein de sang. Bonjour première crevasse. 

J’ai cherché mes coquillages d’allaitement partout, qui avaient été jeté malencontreusement (dans un mouchoir pour sécher), j’étais au fond du trou ^^. J’ai de suite contacté une conseillère en lactation pour un rendez-vous à domicile en urgence. Et j’essayais tant bien que mal de faire téter sur l’autre sein uniquement, jusqu’à ce que celui-ci devienne sensible aussi. Je me sentais coincée. La tétée devenait une angoisse pour moi, ma fille était frustrée car j’espaçais les tétées au max (erreur), elle se jetait donc vigoureusement sur le sein et ne le lâchait plus.

Après le rendez-vous avec la conseillère pour tester la position Biological Nurturing et deux heures de discussion, je suis repartie boostée. Mais ça n’a pas duré plus d’un jour, ma fille n’ouvrait pas grand la bouche malgré tout, et avec la fatigue et le stress (et la dénutrition), je suis passée des seins gonflés à plus de lait du tout. Seins vides, 10ml après tirage d’une demie heure. Là encore j’avais touché le fond. Grosse peur d’affamer ma fille. Je ne mangeais pas assez. Après un plat de pâtes et du sommeil c’est un peu revenu.

Et voilà après un deuxième rendez-vous avec la conseillère en allaitement, je décide deux jours après d’arrêter l’allaitement avec énormément de regrets car trop de douleurs et ma fille fermait de plus en plus la bouche et me pinçait. Je ne cicatrisais pas. Le deuil a été très difficile. Je pense que j’ai fait une dépression à l’arrêt de l’allaitement, je pleurais souvent. J’ai découvert après que j’avais une candidose mammaire. Elle a duré des mois. 

Quel est ton meilleur souvenir autour de l’allaitement ?

Les moments de mise au sein où ça se passait bien, sans douleur, cette connexion avec ma fille. Et ma première consultation avec Carole Hervé, un soulagement, pleins de confidences et de doutes levés, un moment de partage. Ma fille était apaisée. Cette mise au sein, j’ai eu du mal à en faire le deuil. Comme mon conjoint s’occupait de beaucoup de choses pour me laisser allaiter, une fois que j’avais arrêté j’avais l’impression que je n’étais plus mère, plus rien, qu’il n’y avait plus de lien, que j’étais remplaçable. Mais c’était faux bien sûr…

Tu as tire-allaité ta fille ? Comment est-ce arrivé ? Quel est ton ressenti par rapport à cette expérience ?

Après un mois de lait en poudre, on s’est aperçu que ma fille avait des reflux internes. Après avoir essayé beaucoup de choses naturelles pour calmer cela et face au mur qu’est le corps médical (soulager les symptômes à coup de médicaments au lieu de trouver la source du problème), l’idée de reprendre l’allaitement me trottait dans la tête. On va dire que si ma fille avait supporté sans souci le lait industriel, je n’aurais peut-être pas repris l’allaitement ! Ma motivation = son bien être. Mes proches et mon conjoint étaient plutôt contre vu l’état dans lequel j’avais terminé après cet allaitement.

Un jour, je me suis décidée. Je ne voulais aucun regret. J’ai d’abord tiré mon lait aussi souvent que possible pour restimuler la lactation avant d’essayer les mises au sein (après une centaine de biberons, si le lait ne venait pas rapidement et en quantité, c’est sûr que ma fille n’allait pas avoir la patience). Quand j’ai eu suffisamment de lait pour une tétée, j’ai retenté les mises au sein… en vain. Ma fille ne savait absolument plus à quoi servait un sein ^^. Elle léchouillait, ne “ventousait” pas le sein, le mâchouillait.

Egalement avec ma conseillère en lactation, les mises au sein n’étaient pas concluantes. Ça faisait beaucoup rire ma fille, ou la faisait pleurer. Du coup, j’avais ce lait… que je lui donnais au biberon en attendant de la mettre au sein. Et donc j’ai continué de tirer et lui donner au biberon vu que j’y étais) Je tirais de nuit toutes les 4h et toutes les 3h en journée pour avoir assez de lait pour elle. C’était dur et je ne savais pas combien de temps j’allais tenir. Surtout que ma fille commençait à faire ses nuits !

Je me mettais des réveils la nuit et j’allais tirer devant la TV avec mon carré Jolly mama pour me motiver) Puis quand j’ai eu assez de lait (et trop pour elle), j’ai supprimé les tirages de nuit et diminué à 4 tirages en journée, toutes les 5h. Ça a tout changé, je me sentais libre ! Ca roulait… Grâce à cela j’ai tenu bon. Cette décision et ce tire-allaitement m’a réconciliée avec moi même. Je ne me pardonnais pas de l’échec de mon allaitement. Même après un mois. Le tire-allaitement m’a permis d’allaiter ma fille malgré tout  <3 C’était dur, mais j’en suis fière !

Mon objectif était d’atteindre six mois, ce qui est beaucoup vu toutes les contraintes que représente le tire-allaitement (Matériel, ne pas sortir plus de 4h ou tirer à l’extérieur dans des conditions précaires – avion, plage, voiture, etc – conservation du lait, tirer quand elle dort au lieu de dormir, tirer alors qu’elle a besoin de moi/pleure, toute une logistique).

Finalement, au bout des six mois, ça roulait encore et elle avait encore des reflux (était sous inexium) donc j’ai voulu continuer, arrêter inexium progressivement, lui refaire sa flore intestinale avec mon lait… Finalement, j’ai tenu jusqu’à neuf mois et demi ! Mon lait se faisait plus rare après le retour de couche (quand elle a eu six mois), ma fille bougeait de plus en plus et ne supportait plus rester dans le parc ou transat à me regarder tirer mon lait, je fatiguais. Donc j’étais plutôt en phase avec moi-même. Si le lait en poudre passait bien, alors j’arrêterais petit à petit.

Ça a été donc voilà, aujourd’hui je ne tire plus mon lait, mes journées ne sont plus coupées ! Ca me fait quand même un petit pincement au coeur mais je suis vraiment allée au bout de ce que je pouvais faire.

As-tu adapté ton alimentation pendant la grossesse et l’allaitement et notamment pour soutenir ta production de lait (tisane, aliments galactogènes…) ?

Oui, tout d’abord j’ai fait un régime d’éviction de produits laitiers pour ses reflux. C’était pas super efficace contre ses reflux mais c’était toujours mieux pour elle. Je limitais le soja, au saumon ou thon, je ne mangeais ni légumineuses ni choux, ni boeuf. Autant dire qu’au resto c’était sport ! ) Pour ma lactation, j’avais les carrés Jolly mama (au petit déjeuner au saut du lit pour avaler au moins quelque chose), les bières sans alcool que j’ai trouvé assez efficaces aussi, le moringa, les green juices et les tisanes d’allaitement. Le tire-allaitement ça creuse ! Je mangeais de grosses quantités et je perdais du poids. Je ne comptais absolument pas mes calories du coup. Energie Energie !

Comment se préparer au mieux à l’allaitement ? Quels conseils donnerais-tu aux futures mamans qui souhaitent se lancer dans l’aventure de l’allaitement ?

Mon premier conseil serait de prendre rendez-vous avec une conseillère en lactation dès votre départ pour la maternité, afin qu’elle vienne vous voir dans votre chambre (au plus vite), car c’est vraiment très aléatoire et contradictoire les conseils des sages femmes sur l’allaitement ! On peut faire un faux départ. La conseillère pourra également vérifier la bouche de l’enfant pour diagnostiquer un frein ou non et vite enrayer toute difficulté future. 

Personnellement j’ai beaucoup sollicité les conseils pour la mise au sein à la maternité, mais ça n’a quand même pas fonctionné et certaines sage femmes ont poussé pour des biberons de complément car ma fille faisait 2,7kg à la naissance. J’en ai donné et je regrette beaucoup. 

Donc mon deuxième conseil, c’est de ne pas céder à ces compléments même si la maternité vous fait croire que votre bébé va mourir de faim. C’est faux. Il sort du ventre et a un estomac de la taille d’une cerise. Il a besoin de quelques gouttes de colostrum pour être bien (et d’être auprès de sa maman, à téter). La nature est bien faite et bébé se sert ce dont il a besoin. La montée de lait arrive plus tard pour une raison.

Troisième conseil, s’équiper avant l’accouchement. De l’huile de coco désodorisée, des coquillages d’allaitement ou silverettes en argent, des bouts de sein au cas où (même si c’est controversé, ça peut sauver un allaitement).

Quatrième conseil, bien réfléchir avant de donner un petit biberon de lait maternel, par rapport à cette fameuse confusion sein-tétine dont j’ai peut être fait les frais (introduction d’un biberon vers ses 4-5j pour lui donner mon lait tiré lors de ma montée de lait). Trouver un autre contenant que le biberon au pire pour éviter cette confusion.

Cinquième conseil, une petite visite chez un ostéo spécialisé nourrisson après l’accouchement, c’est essentiel pour enlever les tensions de l’accouchement qui pourraient rendre difficile l’allaitement (torticolis, tensions aux cervicales…).

Sixième conseil, que malgré moi je n’ai pas du tout respecté, limiter les visites à la maternité et le premier mois. De mon côté c’était trop, pour le repos et la mise en place de l’allaitement c’était pas top. On s’oublie, on oublie presque les soins du bébé, on reporte les tétées car on est distrait par les visiteurs. Aussi, on est assez maman louve après l’accouchement et voir ma fille passer de bras en bras m’était insupportable. Pour elle aussi je pense. Bébé a besoin de rester auprès de sa maman et son papa, au calme.

Et notamment, niveau alimentation, as-tu des conseils à donner ?

Mangez varié et ne comptez pas les calories. Vous avez besoin d’énergie. Evitez certains aliments comme le soja, le saumon/thon, mangez bio. Pas mal de choses passent dans le lait alors on doit rester vigilante même après l’accouchement ! Ne pas s’affamer comme moi, manger est la priorité pour avoir du lait et rester en forme.

Quels sont tes produits chouchou et pour quel usage? Si tu devais choisir un “indispensable” pour la naissance?

Un sling (avec un atelier de portage de prévu – chez @nova.mom ?) pour porter bébé tout contre soi de façon physiologique et avoir les mains libres. Et allaiter dedans.
– Coquillage d’allaitement, huile de coco désodorisée, argent colloïdal pour les soins du sein et du nourrisson, soutien gorge d’allaitement.
– Carré Jolly mama pour se requinquer
– Une chemise ou un haut spécial allaitement. Car il faut s’entrainer et s’habituer à donner le sein devant les autres dès la maternité !
– Un tire lait loué à la pharmacie, au cas où
– Des probiotiques pour bébé, les coliques du début c’est pas simple
– Les couches Joone
– Les lessives “Les petits bidons” sans parfum pour la lessive de bébé
– Un lit cododo
– Un coussin d’allaitement bien sûr !
– Un fauteuil à bascule pour donner le sein dedans et kiffer
Ça fait beaucoup ? je n’ai jamais autant dépensé que depuis que je suis maman ^^

Un seul indispensable c’est dur. Je peux en dire 2 ? Coquillage d’allaitement et sling.

Merci Ella !

 

Pour en savoir plus sur l’alimentation IG Bas :

Suivez là sur Instagram

Découvrez son site

Son site

C’est par ici !

Découvrez nos carrés de céréales et composez votre box !

go to the shop !!