HomeGuideAlimentation5 aliments à éviter durant la grossesse
vous pourriez a-do-rer !
  • Snacks pre et post natal vanille macadamia

    Vanifique!

    découvrir
  • Granola grossesse tomate

    Tomato
    croq

    découvrir

07.12.2020

par Jolly Mama

5 aliments à éviter durant la grossesse

alimentationgrosseseelisteria

La grossesse a son lot d’interdits, du moins de mises en garde sur certains aliments. On sait par exemple qu’il faut faire attention à la viande ou au poisson cru, aux fromages à pâtes molles, car ils peuvent contenir des bactéries comme E. coli and Salmonella.

On vous parle aujourd’hui de 5 aliments dont il vaudrait mieux limiter la consommation enceinte, dont deux (foie gras + saumon fumé) qui sont souvent sur les tables de fêtes. Enquête ! 

Le saumon fumé

Quel est le problème ?

La bactérie Listeria monocytogenes est souvent inoffensive chez la population adulte en bonne santé. En revanche, la listériose est dangereuse chez la femme enceinte, dont le système immunitaire est affaibli durant la grossesse.

La listériose se manifeste généralement par des symptômes de grippe, de la fièvre, des frissons, de la fatigue, des maux de tête et des douleurs musculaires ou articulaires. Dans de plus rares cas, des symptômes digestifs peuvent se manifester (ex : nausées, vomissements, diarrhée, constipation) peuvent se manifester.

Même si le risque d’intoxication alimentaire par la Listeria demeure relativement faible, les conséquences d’une telle intoxication sont graves chez la femme enceinte. La listériose peut provoquer une fausse couche (au premier trimestre), un accouchement prématuré, une mortinaissance, une détresse respiratoire ou une infection grave chez le bébé, telle que la méningite ou la septicémie. Ainsi, il est préférable d’éviter le saumon fumé durant la grossesse.

De plus, tous les poissons crus qui n’ont pas encore été congelés peuvent contenir de petits vers parasites tels que les anisakis. Ils peuvent vous rendre malade et vous priver des nutriments dont vous avez besoin.

Qu’est ce qu’on fait ?

Il faut s’assurer de la provenance du saumon fumé lors de la grossesse, qu’il soit bien stocké et le consommer rapidement après achat.

Le saumon fumé n’est jugé sécuritaire que s’il est en conserve ou vendu sous vide à température ambiante (pasteurisé).

Pour tous les autres types de saumon fumé (à froid ou à chaud), il y a un risque de contamination par la listeria lors de la préparation et de la conservation. Les produits de la mer commercialisés pour la consommation humaine font l’objet d’un dépistage de la contamination microbienne, ce qui accroît la sécurité des produits disponibles dans le commerce.

A froid : la température du fumage excède rarement 30°. Sa chair est celle d’un poisson cru. Il y a alors un risque de contamination de parasites ou de bactéries (si mal manipulé)

A chaud : cette fois-ci, la température dépasse les 55° à 60°. Certains fabricants vont même jusqu’à 80°. Mais conservé au froid, il peut aussi voir se développer sur lui des bactéries après sa cuisson. Les risques sont ici liés à la conservation et non à la fabrication elle-même.

On préférera le cuire (jusqu’à ce qu’il atteigne une température interne de 74°C). La Listeria survit et se développe à des températures froides, mais elle est détruite par la cuisson.

Mais j’avais entendu que si le poisson était congelé, c’était bon ?

Attention, la listeria se développe à la température du réfrigérateur, survit à la congélation et est uniquement détruite par la cuisson[1]. Les agents pathogènes de la listériose peuvent survivre à la congélation.

Le risque est là si le poisson n’a pas été manipulé correctement.

Certains parasites comme les vers anisakis sont en revanche bien détruits par la congélation. Si on a confiance dans son poissonnier, on peut théoriquement acheter du poisson cru bien frais, l’emballer correctement dans un sac à congélation propre et le congeler pendant au moins 6 jours pour ensuite le savourer cru (-20 degrés, attention pas un compartiment de réfrigérateur, mais un vrai congélateur!). A noter que cela ne protège pas contre la listeria !

Oméga 3 my friend

Le poisson et les coquillages cuits sont d’excellentes sources de protéines, de vitamines et de minéraux essentiels, tels que l’iode. Les poissons gras comme le saumon, le maquereau sont riches en oméga-3, un acide gras essentiel pour le développement cérébral de votre enfant. On en consomme 2 fois par semaine.

Attention cependant

Certains poissons peuvent contenir des teneurs élevées en méthylmercure, qui varient notamment en fonction de l’espèce du poisson ou du lieu de pêche. Or le méthylmercure a une action toxique sur le développement du fœtus (mise en évidence par des données expérimentales ou accidentelles lors d’expositions très élevées). On supprime donc complètement les gros poissons comme l’espadon, du marlin et du siki[2], et on limite sa consommation de thon. On évite le saumon d’élevage ou de la baltique (plein de toxines) et on lui préfère le saumon sauvage (atlantique, pacifique). On opte pour des petits poissons, comme les anchois, les sardines ou les maquereaux.

et les crustacés ?

Les crustacés crus ne doivent jamais être mangés enceinte, sans exception. On peut consommer des crevettes, homards ou noix de saint jaques si on est sûre qu’ils ont été bien cuits. On évite de les acheter pas pré-cuits, on préfèrera les acheter frais ou congeler et les cuire soi-même.

Le tarama, les œufs de lump ou le caviar sont ok si vous les avez cuits. En l’état, c’est à éviter car ils pourraient être contaminés par la listeria ou la toxoplasmose,

Le foie

Quel est le problème ?

Le foie des animaux ou des poissons est très riche en rétinol, une substance tératogène qui augmente le risque de malformations chez le fœtus si la mère en consomme en trop grande quantité, notamment si consommé au premier trimestre de grossesse. Si on est enceinte, on doit donc faire attention à sa consommation de foie.

Et la vitamine A dans les fruits ?

Certains fruits et légumes sont riches en vitamine A, mais sous la forme de provitamine A (caroténoïdes, dont le bêta-carotène). Un apport élevé de bêta-carotène ne conduit pas à une transformation excessive en vitamine A, l’organisme élimine le surplus[3].

Qu’est ce qu’on fait ?

On évite de consommer du foie.

Une étude a fait l’observation de réserves en vitamine A très faibles chez des femmes enceintes et allaitantes à risque de déficience en vitamines et minéraux (faible revenu, grossesses rapprochées, grossesse multiple ou allaitement pendant la grossesse). Une déficience en vitamine A pourrait augmenter le risque d’anémie chez la mère et les risques d’impacts négatifs chez le fœtus[4].

Mais il y a plein d’autres façons de faire le plein de fer et de vitamine A, notamment dans les fruits et les légumes riches en béta carotène et en fer.

Et le foie gras ?

Vous pouvez consommer du foie gras enceinte avec beaucoup de modération (1 fois pendant les fêtes, un petit morceau), mais pas n’importe lequel : uniquement celui stérilisé en conserve. Pour les autres formes, à éviter en raison du risque de listéria.

La papaye (pas assez mûre)

La papaye est souvent citée parmi les fruits non recommandés aux femmes enceintes, car elle provoquerait des fausses couches. Qu’en est-il vraiment ?

Quel est le problème ?

Des études ont montré que le latex brut de papaye et ses protéases comme la papaïne et la chymopapaïne sont de puissants contractants utérins. Le latex brut de papaye induit une contraction spasmodique des muscles utérins semblable à celle de l’oxytocine et de la prostaglandine F2 sur l’utérus de rattes à différents stades de gestation[5]. Mais les résultats concernent spécifiquement la papaye non mûre ou semi-mûre qui contient une forte concentration de latex.

Qu’est ce qu’on fait ?

On évite de manger des papaye non mûres durant la grossesse.

Et l’ananas ?

Selon les croyances populaires, la consommation d’ ananas pourrait raccourcir le col et favoriser un déclenchement de l’accouchement. Il serait d’ailleurs dangereux d’en consommer pendant la grossesse pour éviter des contractions. On vous dit tout sur l’ananas dans cet article.

Les graines germées crues

Quel est le problème ?

Les fèves et graines germées crues (luzerne, fèves germées, germes de soya, d’oignon, de trèfle, de brocoli, de radis et les haricots mungo) ne sont pas recommandées durant la grossesse, car elles représentent un risque d’intoxication alimentaire, majoritairement causée par la Salmonelle ou l’E. Coli.

Les bactéries peuvent entrer dans les graines germées par les fissures de la coque avant que les pousses soient cultivées. Une fois les bactéries entrées, il est très difficile de les déloger, et ce, même si elles sont lavées sous l’eau ou avec du savon. De plus, comparés à d’autres produits végétaux, les aliments germés requièrent des conditions humides et chaudes pour grandir ce qui facilite davantage la croissance de bactéries.

Qu’est ce qu’on fait ?

On évite de manger des graines germées durant la grossesse.

Attention ! Simplement les réchauffer n’est pas suffisant pour détruire les bactéries. Il est important de les cuire complètement (on doit voir de la vapeur lors de la cuisson). On check les sandwichs et salades achetés à l’extérieur, car ils contiennent souvent des graines germées, et on demande de faire préparer sans.

Jolly tips

Quand les fruits et légumes sont pelés, pressés, coupés, des mauvaises bactéries peuvent venir à l’intérieur.

On lave bien ses fruits et ses légumes même si on ne mange pas la peau ou l’écorce !

Le réglisse (en grande quantité)

Quel est le problème ?

La glycyrrhizine est le principe actif de la réglisse, connu pour sa saveur sucrée d’où son utilisation comme édulcorant. Il serait dangereux lors de la grossesse, quand consommé à haute dose.

Cette étude finlandaise de 2017[6] a suivi pendant plus de 12 ans 378 enfants nés en 1998, dont les mères ont consommé des larges quantités de glycyrrhizine. L’étude a permis d’observé un lien entre une apparition plus précoce de la puberté chez les bébés filles et une consommation importante de réglisse chez leur maman durant leur grossesse.

Elle a également mis en évidence des conséquences sur le cerveau des enfants, avec une diminution des capacités cognitives et de la mémorisation et un risque plus important d’avoir des troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité.

Qu’est ce qu’on fait ?

On évite de prendre des tisanes au réglisse, ou des médicaments naturels à base de réglisse, qui vont contenir des doses élevées de glycyrrhizine. Un petit bonbon de temps en temps est ok.

A noter que consommer trop de réglisse serait problématique pour tout le monde, pas seulement les femmes enceintes (élévation de la pression artérielle, arythmie[7])

Je suis enceinte et j’ai déjà mangé ces aliments. Que faire ?

Mama, si tu es enceinte, et si tu les as consommées durant ta grossesse, no panic. Évite les simplement à l’avenir.

 

[1] Pasteur, recommandations sur la listéria

[2] Livret accompagnement grossesse, AFSSA

[3] Livret accompagnement grossesse, AFSSA

[4] Strobel, M., Tinz, J. et Biesalski, H-K. (2007). The importance of B-carotene as a source of vitamin A with special regard to pregnant and breastfeeding woman. European Journal of Nutrition, 46(Suppl 1), 1-20.

[5] Papaya (Carica papaya) consumption is unsafe in pregnancy: fact or fable? Scientific evaluation of a common belief in some parts of Asia using a rat model, Adebowale Adebiyi, P. Ganesan Adaikan andR. N. V. Prasad, 2007

[6] Maternal Licorice Consumption During Pregnancy and Pubertal, Cognitive, and Psychiatric Outcomes in Children

[7] NHS Uk, Eating too much black liquorice might be bad for you