HomeGuideCycleBriser les mythes sur la symptothermie
vous pourriez a-do-rer !
  • Nutrishots pour la conception et fertilité

    Cocooning

    découvrir
  • Ampoules bio pour les règles douloureuses

    Welcome Periods

    découvrir

06.07.2021

par Eugénie Tabi, formatrice et Conseillère Holistique en Symptothermie Moderne

Briser les mythes sur la symptothermie

contraceptionméthode naturellemythes

La symptothermie est une méthode d’observation de l’ovulation (par la température et la glaire cervicale) et non de prédiction. Lors de la Cycle week de Jolly Mama, Eugénie Tabi, est venue nous en expliquer un peu plus sur cette méthode dite “de vieille école”.

La symptothermie est une méthode naturelle basée sur l’observation de la fertilité durant son cycle. Pour cela, elle utilise principalement deux indicateurs : la prise de température et l’observation de la glaire cervicale. Elle peut être utilisée comme méthode de contraception naturelle ou de conception.

L’objectif de la symptothermie est d’observer des changements pour constater s’il y a eu ovulation et à quel moment, et non pour prédire quand elle se produira. C’est aussi une méthode permettant d’observer notre santé globale, pour se connaitre, arriver à reconnaître les différentes phases hormonales que nous traversons et leurs durées. Si vous voulez en savoir plus sur cette méthode vous pouvez consulter l’article suivant : La symptothermie : une contraception naturelle et efficace.

La symptothermie est une méthode ancienne apparue en réaction de la pilule contraceptive, que l’Eglise trouvait comme allant “contre le corps”. Elle mandata alors des scientifiques, pour travailler sur des méthodes naturelles d’espacement des naissances. De ces recherches sont nées les méthodes d’observation du cycle féminin (MOC) avec notamment l’observation de la température et de la glaire cervicale.

La symptothermie est une méthode stricte, “vieille école”

FAUX.

Bien que la symptothermie soit une méthode aussi ancienne que la pilule, elle a évolué, notamment avec l’apparition d’outils modernes, des thermomètres électroniques, ou encore des applications directement sur le téléphone. C’est une méthode scientifiquement prouvée, avec de nombreuses recherches sur le sujet.

La symptothermie n’impose pas un mode de vie strict, par exemple la prise de température ne doit pas se faire obligatoirement à la même heure tous les jours.

On doit prendre notre température à la même heure et tous les jours

FAUX.

Concernant la prise de température corporelle, il n’est pas obligé de la prendre tous les jours. Avec la pratique et l’habitude, il est possible de ne réaliser que 10 prises de température (soit environ un tiers du cycle). Cette prise de température débute après les règles, jusqu’à la clôture de la fenêtre de fertilité.

L’idée est de repérer la phase folliculaire (c’est-à-dire la préparation de l’ovulation). Il faut prendre au moins 6 températures. Dès que les températures augmentent sur 3 à 4 jours, alors l’ovulation est passée. Les prises de température peuvent ensuite s’arrêter, pour reprendre seulement au sixième jour du cycle suivant.

La température se prend au réveil (sans qu’il y ait forcément besoin de mettre un réveil tous les jours à la même heure) car c’est le moment où notre température corporelle est la plus froide pendant la journée. Au réveil nous avons la même condition basale, ce qui permet de comparer les prises de température.

Et si je me lève tous les jours à 7h00 et le dimanche à 11h00 du matin ?

Pas besoin de prendre sa température tous les jours, donc on peut ne pas la prendre le dimanche !

On doit avoir un thermomètre classique pour pratiquer la symptothermie

 FAUX.

Pour prendre sa température il faut un thermomètre spécifique, avec une précision de deux chiffres après la virgule, appelé “thermomètre basal”. Cette précision est indispensable pour assurer la fiabilité de la méthode.

La prise de température est forcément rectale

FAUX.

La prise de température peut être buccale, rectale ou vaginale. La prise de température “interne” (soit des orifices “internes”) est la seule qui a été étudiée pour la fiabilité. Pour le reste, bracelet connecté ou encore thermomètre frontal, leurs mesures ne sont souvent pas assez précises et certains ont parfois des algorithmes qui vont interpréter la température et la modifier de quelques degrés.

Un cycle c’est forcément 1 mois

FAUX.

Un cycle ne dure pas toujours un mois. Quand on prend la pilule on est forcément réglé d’une certaine façon, mais sinon il n’y a pas de raison que vous ayez vos règles les mêmes jours tous les mois et à la même heure, car des variations naturelles existent. Un cycle normal peut aller de 23 à 35 jours, et les cycles sont dits réguliers quand ils ont jusqu’à 7 jours maximum d’écart.

Notre cycle féminin ressemble à une année, avec 4 saisons : le printemps, l’été, l’automne, l’hiver. Le 21 juin c’est l’été, mais parfois il fait beau le 21 juin, et parfois il pleut. D’un cycle à l’autre, il peut y avoir des variations de quelques jours, tout comme d’une saison à l’autre.

Nous avons toutes le même cycle et nous ovulons au jour 14

FAUX.

Un cycle peut varier de 23 à 35 jours.

Notre cycle comporte 4 grandes phases :

– Menstruation : de 2 à 6 jours.

C’est un grand nettoyage, le repos du cycle.

– Préparation à l’ovulation : 6 jours minimum.

ll faut du temps à notre corps pour réveiller les follicules (futurs ovules). L’oestrogène est majoritaire durant cette période, elle va permettre de faire grandir les follicules pour qu’ils atteignent la taille d’un œuf. Nous sommes généralement fertiles 5 jours avant l’ovulation et 1 jour après (car l’ovule ne survit pas longtemps).

– Ovulation : environ 1 journée.

C’est le moment où l’on relâche l’ovule qui sera disponible et qui remonte ensuite dans la trompe pour attendre la fécondation. C’est à ce moment-là que nous sommes le plus fertiles.

– Post-ovulation : entre 11 et 16 jours.

La phase lutéale est dominée par la progestérone qui va avoir de nombreux impacts notamment sur nos signes de fertilité. La glaire va changer d’aspect et la température du corps va augmenter.

Dans les méthodes “calendrier” comme Ogino, on dit que cette phase dure 14 jours fixes. Mais en réalité il n’ y a pas de raison que cela soit le cas, sa durée peut varier de 11 à 16 jours, mais elle est souvent stable pour une même femme.

Je suis fertile tout le temps ou Je peux tomber enceinte à tout moment

FAUX.

La phase lutéale, post-ovulatoire, est totalement infertile jusqu’au début du cycle suivant. On ne peut donc pas tomber enceinte tout au long du cycle. Ce sont les hommes qui sont fertiles tout le temps.

Je suis infertile pendant mes règles

FAUX.

Il faut faire attention à la croyance “j’ai mes règles, je suis protégée”. De manière générale, lors des menstruations nous sommes infertiles, mais cela dépend aussi de notre cycle.

Si par exemple on a des cycles un peu courts et que l’ovulation a lieu un peu tôt, on peut être fertile dès les premiers jours des règles.

L’ovulation n’a pas lieu pendant les règles, mais les spermatozoïdes peuvent vivre plusieurs jours dans le col. Donc si on a un rapport à la fin des règles, ils peuvent survivre jusqu’au moment de l’ovulation et conduire à une grossesse. Le sang n’est pas un spermicide !

Je suis infertile parce que j’allaite

 PAS TOUJOURS VRAI.

L’allaitement peut bloquer la fertilité, ou pas !

La prolactine, une des hormones de l’allaitement, peut bloquer l’ovulation pendant un certain temps. C’est la succion du bébé qui va stimuler sa production. La suppression de l’ovulation varie d’une femme à l’autre.

Il existe une corrélation étroite entre la fréquence et la durée des tétées, d’une part, et le taux plasmatique de la prolactine, d’autre part. On estime qu’un allaitement avec au moins 6 tétées par 24 heures (jour et nuit) d’une durée totale de 65 minutes supprime l’activité ovarienne (HAS, Allaitement maternel – Mise en œuvre et poursuite dans les 6 premiers mois de vie de l’enfant). Pour en savoir plus sur la méthode MAMA (Méthode de l’Allaitement Maternel et de l’Aménorrhée), allez voir notre article.

Le retour de couches marque la remise en route de la fertilité, même si le  cycle est encore souvent un peu chaotique dans les débuts. Attention car même en l’absence du retour de couche, il peut arriver qu’il y ait ovulation avant (environ 5% des cycles). Dans ce cas, elle survient une à deux semaines avant le retour des règles. Même si dans la plupart des cas, les premiers cycles suite au retour de couche ne sont pas optimaux pour permettre une nidation, il faut tout de même faire attention si on ne veut pas une nouvelle grossesse ! 

La fertilité et les émotions sont deux choses séparées

FAUX.

C’est la même partie du cerveau qui gère les émotions et les hormones. Cela explique que quand on est trop sollicité par les émotions, la fonction fertilité se met en pause. Des situations comme un déménagement, un changement de travail, un examen important, l’absence du partenaire, ou un confinement … sont souvent en cause dans le retard ou l’absence de l’ovulation !

La symptothermie n’est pas pour celles qui ont des cycles irréguliers (comme le SOPK)

FAUX.

Si le cycle est irrégulier c’est parce que la phase folliculaire est irrégulière. En revanche, la phase post-ovulation est généralement très régulière. La symptothermie fonctionne très bien sur des cycles irréguliers, mais il faut bien connaître les spécificités de la pathologie et de la méthode.

Si l’on a 7 à 15 jours de retard de règles c’est souvent parce que notre ovulation a été décalée de 7 à 15 jours.

La phase post-ovulation dure entre 11 et 16 jours, au-delà de 16 jours si la température reste haute, on peut alors avoir suspicion de grossesse.

Si vous avez des règles irrégulières, la symptothermie peut être une bonne façon de mieux connaître votre cycle.

J’ai des règles sous pilule

PAS ENTIÈREMENT VRAI.

Quand on saigne sous pilule, c’est dû à des variations hormonales. Il ne s’agit pas de règles, à proprement parler, mais d’hémorragie de privation d’hormones de synthèse. Par exemple, si la plaquette durait 35 jours, on aurait nos “règles” tous les 35 jours.

Sans ovulation, il n’y a pas de “cycle”, et donc pas de règles.

On a toute la même glaire et elle est identique tout le cycle

FAUX.

Tout d’abord quand on parle de glaire on parle souvent de pertes blanches.

Les pertes blanches, ou leucorrhées, sont des écoulements blancs qui sont visibles à la vulve. La glaire vient du col de l’utérus. Elle est fabriquée par des cellules, soumises à des variations hormonales. Ces dernières vont fabriquer différents types de glaires à différents moments du cycle. La symptothermie va donc permettre d’apprendre à reconnaître les différents types de glaires durant notre cycle.

On peut observer notre glaire au niveau de la vulve, lorsque nous allons aux toilettes par exemple. Elle est également visible à l’entrée du vagin, ou au niveau de notre au col.

La glaire permet de tapisser le vagin pour le rendre accueillant pour les spermatozoïdes. Elle permet de les protéger de l’acidité naturelle du vagin. La glaire va également leur permettre de remonter dans le bas du col et de leur apporter des éléments nutritifs en attendant l’ovulation. Donc dès qu’on a de la glaire, on est potentiellement fertile.

Notre glaire va avoir différentes textures et différents aspects selon les moments du cycle :

– La glaire en sortie de règles puis ensuite après l’ovulation

Apparence : plutôt blanchâtre voire jaunâtre, épaisse, opaque, grumeleuse, pâteuse, non élastique, solide

Sensation : sec, aucune humidité ou écoulement (on ne verra pas de glaire car elle ne s’écoulera pas, et c’est physiologique !)

– Les glaires au début de la fenêtre de fertilité

Apparence : blanches ou jaunes, crémeuses, pâteuses/troubles, laiteuses, visqueuses

Sensation : plus humide (mais sans aller jusqu’à l’écoulement)

– La glaire au moment du pic de fertilité

Apparence : très liquide, glissante, claire voire translucide et fluide (comme de l’eau, d’ailleurs parfois on confond avec de l’eau),  ou alors filante et brillante (comme du blanc d’oeuf), élastique et étirable

Sensation: mouillé, glissant, lubrifié quand on s’essuie (ça coule)

Dès que j’arrête la pilule je peux observer le paramètre glaire dans la symptothermie

FAUX.

Après l’arrêt de la pilule, toutes les femmes ne retrouvent pas directement une glaire dite “blanc d’oeuf” à l’ovulation. Après des années de pilule, la glaire est de mauvaise qualité (blancharde et un peu extensible).

Après la prise de pilule, il faut environ 6 à 8 mois (au minimum) avant de retrouver un cycle en bonne santé, le temps que le corps se débarrasse de toutes les hormones de synthèse. Mais ce n’est pas forcément un processus facile, pour en savoir plus consultez notre article : Les dessous de la pilule.

Je peux combiner le test LH et la symptothermie

PAS FORCEMENT NECESSAIRE.

Tout comme l’oestrogène et la progestérone, l’hormone LH va jouer un rôle sur le cycle. C’est celle qui va déclencher l’ovulation. Un pic de LH survient 24 à 36h après l’ovulation.

A noter que les tests LH (ou tests d’ovulation), ne prouvent pas qu’il y a eu ovulation, mais simplement qu’on a de la LH dans le corps.

Dans la pratique de la symptothermie, les tests de LH sont inutiles car on ne veut pas savoir quand on a de la LH mais quand on ovule.

 Dès que je suis enceinte je dois arrêter la symptothermie

 FAUX.

Quand on est enceinte on peut également continuer de suivre sa température, et notamment lors du premier trimestre de grossesse. A ce moment-là, on peut prendre sa température tous les 2-3 jours afin d’observer si notre profil est stable.

Avec la symptothermie on peut même confirmer une grossesse sans test de grossesse en observant le fait que la température reste élevée même après 21 jours.

Eugénie Tabi est formatrice en symptothermie, aussi souvent appelée “contraception naturelle”, qui est une méthode scientifique permettant de gérer la fertilité féminine. Elle accompagne les femmes dans l’apprentissage de la symptothermie, et dans l’observation et la compréhension du fonctionnement physique, émotionnel et énergétique de leurs cycles.

Retrouvez Eugénie sur Instagram

La symptothermie avec Eugénie

Retrouvez également son site internet

Universelle