HomeGuide de l’allaitementComment arrêter l’allaitement et sevrer bébé ?
arrêt allaitement

10.01.2019

Comment arrêter l'allaitement et sevrer bébé ?

arrêt de l'allaitementReprise du travailsevrage

Quand entamer le sevrage de votre bébé ? Y a-t-il une durée limite de l’allaitement ? Comment faire pour que cela se passe au mieux pour votre bébé et pour vous ?

Comme le souligne la Leche League, il n’y pas de durée minimum d’allaitement, ni d’âge précis auquel votre bébé doit être sevré. L’OMS recommande un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois, mais la poursuite de l’allaitement est d’abord une décision personnelle, qui vous appartient.

Selon un sondage de l’Institut des mamans réalisé en 2008, 85% des mamans qui ont sevré leur enfant auraient voulu l’allaiter plus longtemps. Avant de décider de passer au sevrage de votre enfant, il est important de se poser les bonnes questions, et de ne pas sevrer votre bébé pour de mauvaises raisons : peur de manquer de lait, impression qu’un retour au travail signifie immanquablement la fin de l’allaitement, pression de l’entourage…

Nous essayons au travers de cet article de vous donner quelques pistes et informations pour vous permettre d’arrêter votre allaitement quand vous et votre bébé êtes prêts, au bon moment, sans culpabilité ou regret.

Et bien sûr, restez toujours bienveillante envers vous-même et écoutez-vous. Allaiter votre enfant par obligation n’est pas une bonne solution, vous devez trouver votre équilibre. Il vaut mieux donner un biberon de lait avec amour qu’un sein par obligation.

Le sevrage subi

Certaines mamans se sentent obligées de sevrer leur enfant plus tôt qu’elles ne l’envisageaient au départ, et ce pour des (mauvaises) raisons qui peuvent être multiples :

 – L’impression de ne pas avoir assez de lait,

 – La peur d’avoir un lait maternel insuffisamment nourrissant,

 – Des douleurs liées à l’allaitement (crevasses,..),

 – Un bébé qui tète mal ou qui demande le sein constamment,

 – Un bébé qui finit par confondre le sein et la tétine,

 – Un bébé qui fait la grève du sein,

 – Une maladie de la mère (ex: mastite, bronchite…) qui surviendrait pendant l’allaitement.

Toutes ces raisons peuvent pousser à un arrêt précoce ou subi de l’allaitement par manque d’information. Pour éviter de cesser d’allaiter avec un sentiment d’échec ou de culpabilité, vous pouvez vous faire aider d’une conseillère en allaitement ou d’un groupe de soutien et d’information via la Leche League qui pourront vous accompagner. L’allaitement est quelque chose de naturel mais rarement totalement inné. La plupart des difficultés sont cependant surmontables, avec une bonne prise en charge. Renseignez-vous sur l’allaitement dès votre grossesse, pour mieux vous préparer.

Si vous craignez de ne pas avoir assez de lait, vous pouvez mettre votre bébé au sein plus fréquemment, afin de stimuler la lactation. Les premiers mois de vie, allaitez votre enfant à la demande, afin de bien mettre en place votre lactation.

Il arrive que votre bébé refuse par moments les tétées, parce-qu’il est malade (otite…) ou a des dents qui poussent. Cette situation peut être difficile à vivre. N’écoutez que vous et votre bébé, et surtout pas votre entourage qui peut parfois vous encourager à arrêter l’allaitement lors de ces épisodes difficiles : “il n’a pas assez de lait”, “il est temps d’arrêter maintenant”… Demandez au papa de vous aider et de vous soutenir. Si vous craignez une confusion sein et tétine, lisez notre article « Comment faire accepter un biberon à un enfant allaité ».

Certains professionnels de santé peuvent aussi pousser à un sevrage en cas de prise de traitement chez la maman. Le Leche League souligne pourtant que la plupart des traitements médicamenteux restent compatibles avec le maintien de l’allaitement.

Le sevrage lié au retour au travail

De nombreuses mamans pensent au sevrage avec la perspective de la reprise du travail : l’anticipation de la fatigue, la crainte de devoir tirer son lait au travail, la peur des réflexions des collègues…

Retourner au travail ne signifie pas forcément un arrêt de l’allaitement programmé et une obligation de sevrage. Si vous ne souhaitez pas tirer votre lait au travail, vous pouvez arrêter progressivement les tétées ou les tirages de lait de la journée, et conserver uniquement les tétées du matin et du soir ou encore celle de la fin de journée (la tétée de retrouvaille). Votre bébé sera d’autre part probablement moins malade s’il est toujours allaité lors de la reprise au travail et son entrée en crèche, même si ce n’est qu’une à deux fois par jour. Un bébé moins malade veut aussi dire moins de fatigue pour toute la famille, et moins d’absence au travail. La séparation sera aussi moins difficile, pour vous comme pour lui. Voir notre article sur « Allaitement et travail » à ce sujet.

Il est toujours possible d’adapter votre rythme et vos habitudes d’allaitement, pour que votre bébé continue de bénéficier le plus longtemps possible des bienfaits du lait maternel (voir notre article « Les bienfaits de l’allaitement maternel »). Il n’y a pas de “petit” allaitement, et même si vous n’allaitez votre bébé qu’une fois par jour, il recevra les bienfaits de votre lait maternel, notamment les bénéfices immunitaires.

Si votre bébé de plus de 6 mois se réveille la nuit pour téter, vous pouvez essayer de lui proposer d’abord de l’eau au lieu de lait à son réveil, ou à raccourcir progressivement la durée des tétées nocturnes. Gardez aussi en tête que les premiers mois sont souvent les plus durs. Au fur et à mesure, la diversification alimentaire va débuter et votre bébé aura besoin de moins de tétées. Après 12 mois, votre bébé n’aura probablement besoin que de 2 tétées par jour, car il trouvera la plupart de ses calories dans son alimentation.

Sevrage choisi : comment sevrer bébé en douceur

Si vous avez pris votre décision de sevrer votre bébé, faites-le progressivement, sur plusieurs semaines. Cela vous évitera les éventuels engorgements et autres douleurs, voire même des mastites. Cela permettra aussi à votre enfant de s’habituer en douceur au biberon et au lait infantile.

Comptez environ un mois pour un sevrage complet. Commencer par remplacer une tétée, en évitant de remplacer d’abord celles du matin et du soir, les plus réconfortantes pour votre bébé. Si vous ne sentez pas d’engorgement après 5 jours, vous pouvez en remplacer une autre, et ainsi de suite, jusqu’au sevrage complet. En cas d’engorgement, vous pouvez masser vos seins sous une douche chaude, ou exprimer manuellement un peu de lait pour vous soulager sans stimuler trop vos seins. Nous vous en disons plus dans les articles “L’allaitement mixte” <lien article> et “Comment arrêter la montée de lait” <lien article>.

Voici quelques conseils pour que cette transition se passe au mieux pour vous et votre enfant:

 – Diminuez la durée des tétées,

 – Évitez de proposer le biberon quand votre bébé a trop faim, pour éviter une frustration,

 – Réchauffez la tétine du biberon sous l’eau chaude,

 – Continuez le peau à peau, les câlins sur votre poitrine, pour qu’il garde votre contact rassurant même sans téter. En effet l’allaitement n’est pas seulement un moyen pour votre bébé de se nourrir, mais aussi de se calmer et de se rassurer. En cas de sevrage, veillez bien à combler son besoin en affection et en proximité,

 – Essayez de changer les habitudes: prenez un petit déjeuner avec votre enfant, lisez-lui un livre, offrez-lui une collation…

Selon certaines recherches, il y aurait des moments plus favorables que d’autres pour mettre en place un sevrage planifié: entre 4 et 5 mois, vers 7 mois et entre 9 et 12 mois. Entre 13 et 18 mois, certains bébés peuvent avoir plus de mal avec un sevrage, car cette période coïncide avec le début de l’angoisse de la séparation, qui peut être amplifiée par l’arrêt de l’allaitement.

Par quoi remplacer l’allaitement

Si votre bébé a moins de 12 mois, vous pouvez utiliser une préparation pour nourrisson, enrichie en fer, comme celles bio de Holle ou Hipp. Vous pouvez essayer de donner à votre bébé son lait au biberon ou au verre avec bec. Certains bébés allaités pendant plusieurs mois préfèreront le verre au biberon. Si vous commencez un allaitement mixte, le verre vous permettra de limiter la confusion sein et tétine.

Reprendre l’allaitement après un sevrage

Reprendre l’allaitement est toujours possible. Si vous avez commencé à sevrer votre enfant, vous pouvez stimuler à nouveau votre lactation en le mettant le plus fréquemment possible au sein, et en consommant des aliments galactogènes (tisanes d’allaitement, ou nos snacks Jolly Mama).

Si vous avez terminé le sevrage, ou avez dû arrêter l’allaitement pendant quelques semaines pour des raisons extérieures (opération, maladie..) vous pouvez redémarrer votre allaitement, avec le soutien d’une consultante en lactation.

Et le sevrage naturel?

Vous pouvez aussi décider de suivre le rythme de votre bébé, et de le sevrer quand il sera prêt, à son rythme.

Bien sûr, le sevrage naturel ne signifie pas que la maman ne peut pas fixer ses propres limites. Comme le souligne très justement Claude Didierjean-Jouveau dans Allaiter aujourd’hui:

« Le sevrage naturel [est] comme une danse complexe entre mère et enfant. (..) Envisager un sevrage naturel, c’est certes se lancer dans une aventure dont on ne sait ni quand ni comment elle se terminera. Ce qui peut être déstabilisant, voire angoissant. Mais c’est offrir à son enfant le cadeau magnifique d’une relation d’allaitement pleinement achevée, et en retirer soi-même un sentiment d’accomplissement ô combien précieux.”

Pour conclure

Ecoutez-vous, écoutez votre enfant, choisissez quand le sevrer, ne le subissez pas et faites vous accompagner !

 

C'est par ici !

Découvrez nos carrés de céréales et composez votre box !

go to the shop !!
  • Coffret

    Naissance

    • 35 €
  • Coffret

    Sur-mesure

    • 27 € - 12 carrés
    • 48 € - 24 carrés