HomeGuide de l’allaitementComment faire accepter le biberon à un bébé allaité ?
comment faire accepter le biberon à un bébé allaité

09.01.2019

Comment faire accepter le biberon à un bébé allaité ?

BiberonsReprise du travail

L’introduction du biberon est une étape redoutée par de nombreux parents d’enfants allaités...

Après plusieurs mois d’allaitement vous souhaitez commencer un sevrage progressif de votre bébé ? Vous reprenez bientôt le travail et voulez continuer à allaiter votre bébé dans le cadre d’un allaitement mixte ? Ou vous voulez tout simplement commencer à introduire les biberons à votre bébé allaité pour faire participer le papa ou la famille proche et souffler un peu?

L’introduction des biberons chez un bébé allaité est parfois difficile, que ce soit dès la naissance ou après plusieurs jours ou plusieurs mois, surtout quand s’ajoute à cela la  peur de la séparation. Les mécanismes en jeu dans la prise du biberon sont en effet différents de l’allaitement.

Alors comment faire au mieux pour vous et votre bébé ? Faut-il introduire les biberons du jour au lendemain ou de façon progressive sur plusieurs jours ? Qui doit donner les premiers biberons, lequel des deux parents ? Comment bien choisir son biberon et son lait infantile ?

Nous vous donnons quelques astuces et conseils pour que cette transition se passe au mieux, pour éviter tant un refus du biberon qu’une confusion sein-tétine, problématique si vous envisagez non pas un sevrage mais  de poursuivre l’allaitement mixte sur la durée.

Comment bien choisir la tétine et le biberon

Il existe de nombreux types de tétines de biberon sur le marché. Choisir une bonne tétine est très important, surtout si vous voulez continuer un allaitement mixte et éviter un sevrage. Cela permet d’éviter une confusion sein-biberon, et un rejet du sein, qui peut arriver et peut être très mal vécu par la maman.

Pour bien la choisir, privilégiez une tétine assez volumineuse, mais avec une base pas trop large

La bouche du bébé doit être bien remplie, et la tétine doit arriver assez loin dans sa gorge, pour toucher son palais mou, comme lors de la tétée. Si votre enfant avait tendance à repousser le sein de la langue lorsqu’il a des reflux ou nausées, il fera la même chose avec le biberon. Dans ce cas mettez progressivement la tétine dans sa bouche.

La Leche League conseille d’utiliser des tétines standards plutôt que des tétines physiologiques, qui reproduisent mieux la succion au sein. La tétine doit être la plus souple possible (privilégiez le silicone au latex). Une tétine souple s’adapte en effet à la bouche et à la succion du bébé, et non l’inverse.

Enfin, choisissez une tétine avec un débit adapté

Votre bébé risque de refuser le biberon si le débit est trop lent ou trop rapide. Le mieux est de choisir au début le débit le plus lent possible, tant que votre bébé ne fait pas trop d’effort pour prendre son lait. Vous n’avez pas besoin de changer les tétines au fur et à mesure que votre bébé grandit (le débit ne change pas au sein au fur et à mesure des mois), mais vous pouvez rester sur un débit 0 ou 1, sauf si le débit est vraiment trop lent.

Pour savoir si le débit de la tétine est adapté, vous pouvez vous fier à la durée du biberon : si votre enfant boit son biberon en 5 à 10 minutes, le débit est beaucoup trop rapide, et il faut passer sur une tétine au débit plus faible. Si votre bébé met en revanche plus de 30 minutes pour terminer un biberon, le débit est sûrement trop lent et bébé risque de se fatiguer pour boire, et refuser le biberon.

Dans le cadre d’un allaitement mixte, il faut faire particulièrement attention au risque de confusion sein-tétine. Si le débit est trop rapide par rapport au sein, et que votre enfant  s’y habitue, il peut devenir paresseux à terme et ensuite refuser le sein.

Qui doit donner les premiers biberons ?

Qui doit donner le premier biberon pour le faire mieux accepter ? Il y a plusieurs écoles

Une première approche est de faire participer le papa, mais cela ne marche pas toujours, surtout si votre enfant sent la maman dans les parages. Il pourra ne pas comprendre pourquoi ce n’est pas sa maman qui lui donne le sein.

Autre école : la maman donne le biberon, pour garder le contact et le moment de complicité. Il garde ainsi votre odeur et la complicité qu’il avait avec vous au sein. Mais là encore, votre bébé peut ne pas comprendre pourquoi vous ne lui donnez plus le sein. Si vous introduisez un biberon dans le cadre d’un sevrage, vous pouvez expliquer à votre enfant que cela ne change pas l’amour que vous lui portez, et continuer les câlins, et le peau à peau si possible.

Comment introduire les biberons dans le cadre d’un allaitement mixte ?

Dans le cas d’un allaitement mixte, lié à un retour au travail, certaines conseillères en lactation recommandent de ne pas préparer bébé en amont, et de l’allaiter au sein jusqu’au bout, car beaucoup de bébés ne comprennent pas pourquoi ils reçoivent un biberon alors que vous n’êtes pas encore partie.

Cette approche permet d’éviter un stress supplémentaire, en plus du stress de la séparation future, et de surtout permettre de mieux installer votre lactation (chaque jour et chaque semaine d’allaitement exclusif supplémentaire sont bons à prendre pour installer une bonne lactation, surtout dans les premiers mois). Si vous souhaitez continuer à allaiter votre bébé, garder à minima les tétées du matin et du soir, pour maintenir votre lactation.

Dans ce cas, la nounou ou la crèche donneront donc à votre bébé le premier biberon. Même si l’adaptation peut être compliquée, votre bébé comprendra vite après quelques jours la différence entre les moments sans maman (au biberon) et avec maman (au sein), et finira par l’accepter plus facilement.

Comment donner le biberon à l’horizontale

On voit souvent des bébés allongés pour boire leur biberon. Or un bébé couché ou même semi-couché ne maîtrise plus vraiment le rythme, et subit le flux du biberon. Vous pouvez essayer une autre méthode, recommandée par la Leche League, le “biberon “à l’horizontale”.

Cette méthode permettrait de limiter les reflux, et l’ingestion d’air chez votre bébé. Quand le débit est trop fort, le bébé peut s’étouffer sous le débit, avaler de l’air sous la pression ou essayer de mettre sa langue pour bloquer le débit.

Quelques conseils pour que cette technique soit un succès dès le début :

–    Bébé est assis droit sur vos genoux pour prendre son biberon

–    Le biberon est alors tenu parallèle au sol, et non à la verticale, comme c’est le plus souvent pratiqué. Le lait doit toujours être à l’horizontal dans la bouteille. De cette façon, le bébé boit uniquement ce qui lui faut, et à son rythme, comme dans l’allaitement

–    N’introduisez pas la tétine de force dans la bouche de bébé, mais proposez-lui près de sa bouche ou de son nez et attendez qu’il la prenne. Comme dans l’allaitement au sein, il ne faut pas le forcer.

–    Attendez ensuite que bébé prenne 2 ou 3 gorgées, puis descendez le biberon pour que la tétine se vide

–    Remettez alors le biberon à l’horizontal quand bébé est prêt et réclame à nouveau et ainsi de suite jusqu’à ce que le biberon soit vide

–    Quand le biberon est presque vide, on peut alors incliner le bébé à 45 degrés pour qu’il n’avale pas trop d’air

Autres astuces pour faire accepter le biberon

–    Bien chauffer le lait à 37 degrés pour se rapprocher le plus possible de la température du lait maternel

–    Après avoir chauffé le lait maternel, vous pouvez faire tremper 1 minute la tétine dans le lait maternel chaud (ou sous l’eau chaude s’il s’agit de lait infantile)

–    N’attendez pas que votre bébé ait faim pour lui proposer le biberon, car cela risque d’être encore plus difficile, mais proposez lui plutôt sur les premiers signes de faim

–    Faites des tests avec votre lait avant d’en congeler trop. Certaines mamans ont en effet un lait maternel avec une forte concentration en lipases, qui provoquent un changement d’odeur (comme du savon) que certains bébés n’aiment pas. Si c’est votre cas, avant d’en congeler d’avantage et de risquer que votre bébé le refuse, préchauffer votre lait avant de le congeler. Pour en savoir plus, consultez à ce sujet notre article “Comment conservez le lait maternel”.

–    Si votre bébé refuse le biberon, ne le forcez pas à boire. Attendez quelques jours et recommencez l’expérience. Essayez de changer de tétine, et de vous faire aider par papa. Vous pouvez aussi essayer le verre à bec si votre bébé refuse toujours les biberons

–    Si votre bébé a une sucette, privilégiez le même type de tétine pour qu’il n’ait pas de difficultés à passer de l’une à l’autre

Comment choisir le lait infantile

L’OMS recommande un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois, et une poursuite de l’allaitement jusqu’à 24 mois, dans le cadre d’une alimentation de table. L’allaitement est cependant un choix personnel, et chaque maman, chaque bébé, chaque allaitement est différent. Soyez bienveillantes envers vous-même, et souvenez-vous qu’il n’y a jamais de “petite” durée d’allaitement.

Que vous allaitiez ou non, le lait doit rester jusqu’à 12 mois l’aliment de base de bébé

Mais comment bien choisir alors son lait infantile ? Les laits infantiles sont assez voisins les uns des autres, mais il y a quelques éléments à comparer pour mieux choisir, que vous preniez un lait premier âge (de la naissance à 6 mois) ou un lait deuxième âge (au-delà de 6 mois).

Critères à considérer

–    Privilégiez un lait d’origine biologique

–    Choisissez un lait avec une teneur en protéines proche du lait maternel, c’est à dire basse(1g/100ml), même si aucun lait ne peut approcher cette valeur car les protéines sont nécessaires à une bonne homogénéisation du lait (1.2g/100 ml minimum)

–    Choisissez un lait avec une teneur en caséine limitée et à teneur élevée en protéines solubles (le rapport entre caséine et autres protéines doit rester inférieur à 1 idéalement). Un lait infantile avec une majorité de caséine peut être problématique chez les jeunes enfants, car il demande un trop gros effort à leur système digestif encore immature

–    Vérifiez la présence dans le lait d’omégas 3 (acide docosahexaénoïque, DHA), qui jouent un rôle majeur dans le développement du cerveau du bébé et d’omégas 6 (sous la forme de Linoleic Acide, LA ou d’acide arachidonique, AA), qui jouent un rôle dans la croissance, la bonne santé des os, et régulent le métabolisme; le rapport entre les omégas 6 et omégas 3 doit de plus être idéalement proche de 5, et rester inférieur à 8

–    Privilégiez si possible un lait qui contient d’autres gras que des gras végétaux, moins chers, comme l’huile de palme, l’huile de soja ou de tournesol. La source de gras du lait doit inclure idéalement des gras du lait de vache, plus similaires au gras du lait maternel

–    Évitez l’huile de palme qui n’est pas digérée correctement par les bébés (dépôts au niveau des intestins) , ainsi que l’huile de soja, qui contient un niveau élevé d’oestrogènes de plantes (phyto-estrogènes), dont les effets sur l’organisme des enfants sont encore mal connus; privilégier lui l’huile de coco qui contient des acides gras plus proche du lait maternel et qui contient de l’acide laurique, bon pour le système immunitaire de l’enfant

–    Vérifiez que le lait ne contient pas d’aluminium (sont sans aluminium Blédilait, Gallia, Hipp, Nestlé Nidal pour ne citer que quelques marques étudiées par 60 millions de consommateurs)

–    Privilégiez si possible un lait qui contient des probiotiques ou des prébiotiques (galacto-oligosaccharides) et de la choline

–    Si vous souhaitez éviter le lait de vache, vous pouvez opter pour les boissons végétales à partir de 6 mois, à base de lait d’amande (source de minéraux) ou de lait de châtaigne (vitamines B). Quand votre bébé grandit, vous pouvez alterner et proposer aussi des laits à base de noisette ou de coco. Si votre enfant n’est plus allaité, vous pouvez rajouter des huiles riches en Omégas 3 ou 6 dans ses purées pour compléter.

Quelles marques alors choisir ?

Candice Levy, naturopathe et auteur d’un livre sur les lait maternels, « Quels laits pour mon bébé? » :

Je conseille une préparation labellisée bio, à base de lait de vache, des marques BabyBio, Holle, Prémilait. La marque Hipp a une teneur plus élevée en protéines.

En cas de risque d’allergie ou d’intolérance aux protéines de lait, je recommande Bébé Mandorle, c’est la première préparation infantile issue de protéines de riz bio, sans huile de palme et sans gluten. Une fois ce choix fait, je conseille aux parents de conserver ce lait 1er âge jusqu’aux 12 mois de l’enfant. Les préparations de suite sont souvent plus riches en protéines, ce qui est un non sens puisque l’enfant commence à manger après 6 mois. Il trouvera des protéines dans son alimentation solide.”

Pour conclure

Que vous envisagiez un sevrage ou que vous souhaitiez mettre en place un allaitement mixte, le passage aux biberon peut se faire en douceur.

Que ce soit dès le jour de la naissance, ou après quelques mois, il arrive que des enfants peinent à accepter le biberon. Suivez nos conseils et consulter une conseillère en lactation IBCLC si vous rencontrez la moindre difficulté.  

 

C'est par ici !

Découvrez nos carrés de céréales et composez votre box !

go to the shop !!
  • Coffret

    Naissance

    • 35 €
  • Coffret

    Sur-mesure

    • 27 € - 12 carrés
    • 48 € - 24 carrés