HomeGuideFertilitéComment maximiser ses chances de tomber enceinte ?
vous pourriez a-do-rer !
  • Snacks pre et post natal vanille macadamia

    Vanifique!

    découvrir
  • Nutrishots pour la conception et fertilité

    Cocooning

    découvrir

31.12.2020

par Jolly Mama

Comment maximiser ses chances de tomber enceinte ?

fertilitéovulationtomber enceinte

Comment avoir un bébé rapidement ? Quelles sont astuces pour booster sa fertilité ? Que faut-il changer dans son mode de vie pour tomber enceinte plus facilement ?

Quand on décide de faire un enfant, on a souvent envie que cela arrive rapidement, voire tout de suite ! L’attente de plusieurs mois, voire plusieurs années, peut être très anxiogène pour de futurs parents.

Il faut savoir que de nombreuses femmes arrivent facilement à tomber enceinte, sans changer quoi que ce soit à leur mode de vie. Sachant que plus on est jeune, plus il y a des chances de tomber enceinte grossesse facilement et rapidement.

Mais pour ceux qui veulent se préparer pour mettre toutes les chances de leur côté pour concevoir un bébé au plus tôt, voici quelques conseils. Rien de magique malheureusement, mais des facteurs qui peuvent améliorer ou au contraire dégrader votre fertilité !

La fertilité en quelques chiffres

Un couple fertile âgé de 25 ans a une probabilité de 25% d’obtenir une grossesse à chaque cycle menstruel. Cette probabilité de grossesse diminue ensuite avec l’âge.

L’infertilité touche 5% des femmes de 25 ans pour atteindre un taux de 50% à 40 ans.

Aujourd’hui en France, on considère que 20% des couples sont concernés par des problèmes d’infertilité, et ce pourcentage a augmenté ces dernières années. En cause certainement : l’environnement, les perturbateurs endocriniens, le surpoids, l’âge de la femme au premier enfant.

Si au bout de 12-24 mois d’essai bébé (6 mois si la femme a moins de 35 ans) avec des rapports sexuels réguliers (2 à 3 fois par semaine), il n’y a pas de grossesse il est préférable de consulter un médecin. Voir notre article sur la Stérilité : Comment savoir si on est fertile.

Faire attention à son environnement pour augmenter ses chances de grossesse

“Premièrement ne pas nuir” : notre environnement est important lorsqu’on désire tomber enceinte. Il n’y a pas de secret, une bonne hygiène de vie facilitera grandement la conception !

Une hygiène de vie saine pour augmenter sa fertilité

Pas de tabac, pas d’alcool ou de cannabis.

Veiller à avoir une alimentation équilibrée, idéalement bio (pour éviter les perturbateurs endocriniens que sont les pesticides)

Favoriser les aliments à indice glycémique bas, riches en oméga 3, vitamines et antioxydants

Ne pas oublier également les folates qui aident à la multiplication des cellules lors de la conception.

Eviter les polluants pour augmenter sa fertilité

Nous sommes entourés de polluants de toutes sortes, parfois de composées chimiques, des ondes électromagnétiques Les perturbateurs endocriniens sont souvent des xéno-oestrogènes : ils agissent sur nos récepteurs hormonaux, en influençant les processus de synthèse, de sécrétion, de transport, de stockage, de libération, d’action ou d’élimination des hormones. Ils peuvent ainsi dérégler le cycle hormonal.

Souvent on pense que le fait d’être exposé à très peu de perturbateurs endocriniens en quantité fait qu’on est hors de danger. Or notre propre système endocrinien fonctionne avec de toutes petites quantités d’hormones, et de toutes petites quantités de perturbateurs endocriniens ont la capacité de considérable perturber notre équilibre hormonal.

Faire du sport (sans en faire trop)  pour augmenter ses chances de grossesse

Bouger aide à gérer notre stress, qui perturbe notre équilibre hormonal, endocrinien.

Le mouvement aide à réguler la glycémie, pierre angulaire de l’équilibre hormonal.

Cela dit, attention à une activité physique trop intense, qui peut réduire les chances de concevevoir.

Eviter le stress pour augmenter ses chances de grossesse

L’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (axe HHS) relie les systèmes nerveux central et endocrinien. Il contrôle les réponses au stress.

Sous l’effet du stress, l’hypothalamus réduit ses signaux envoyées aux glandes surrénales, qui en retour, réduisent la production de FSH et LH, les deux hormones qui entraînent l’ovulation. On a donc un cercle vicieux qui se met en place. Le stress peut jouer aussi dans un manque de progestérone,

On n’hésite pas à prendre du temps pour soi, à se mettre au yoga, à la méditation, à faire des exercices respiratoires…ce qui vous fait du bien !

On peut également faire appel à la sophrologie. Pour en savoir plus, aller voir notre article Optimiser la fertilité grâce à la Sophrologie.

Éviter certains médicaments pour augmenter ses chances de grossesse

Éviter certains médicaments comme les antidépresseurs, les antihistaminiques et les anti nauséeux qui peuvent augmenter le taux sanguin de prolactine, ce qui pourrait de perturber l’ovulation.

Bien se nourrir pour augmenter ses chances de grossesse

Des études ont également mis en évidence l’importance de la nutrition sur la fertilité.

Une nutrition inadéquate serait un facteur d’infertilité dans 46% des cas (beaucoup plus que d’autres facteurs comme la masse corporelle ou l’activité physique) [1]

Tout comme l’obésité est un facteur d’infertilité (L’INSERM rappelle que “trois études épidémiologiques de grande envergure observent une relation entre l’indice de masse corporelle de l’homme et l’hypofertilité du couple. Chez la femme, le risque de mettre plus d’un an à concevoir est augmenté de 27% en cas de surpoids de la femme, et de 78% en cas d’obésité “), la maigreur excessive peut aussi perturber un projet bébé.

Il est ainsi  préférable d’éviter les régimes en phase de conception, qui peuvent entraîner chez la femme des carences ou des dérèglements hormonaux. Si on ne mange pas assez ou pas assez de calories, le corps met toute ovulation à l’arrêt. Le manque de graisse est problématique pour la production d’hormones sexuelles. Les hormones sexuelles sont toutes fabriquées à partir de cholestérol, donc ne pas vilipender le gras (sauf s’il est transformé comme dans les produits industriels)

Attention les recherches ont montré que ce n’étaient pas uniquement une alimentation hypocalorique qui pouvait entraîner un arrêt des cycles, mais également une alimentation pauvre en glucides.

Prendre un supplément en vitamine B9 plusieurs mois avant la conception

La vitamine B9 ou folates permet de prévenir de  graves malformations du système nerveux du fœtus tels que le spina bifida. Une supplémentation avant la grossesse en folate est associée avec une réduction du risque d’absence d’ovulation [2] et avec une moindre risque de fausse couche [3].

Un essai clinique sur des femmes avec des problèmes de fertilité a pu montré que celles qui ont pris pendant 3 mois 400 µg d’acide folique, 26% sont tombées enceintes vs 10% du groupe témoin [4].

Pour en savoir plus sur la vitamine B9 et l’impact sur la conception, notamment l’importance des folates par rapport à l’acide folique, allez voir notre article.

Éviter les gras trans

Une consommation trop importante d’acide gras trans (TFAs) venant de la nourriture transformée industrielle (plats préparés, fritures, viennoiserie industrielles ) peut avoir un imapct sur la fertilité .Une étude a aisni montré qu’une augmentation de 2% de source d’énergie en graisses trans était associée à un risque 73% fois plus important d’infertilité (les autres facteurs étant égaux/contrôlés) ![5]

Arrêter la pilule au plus tôt pour augmenter ses chances de grossesse

Car celle-ci peut entraîner des dérèglements hormonaux pouvant mettre plusieurs mois à se résorber. Voir notre article sur la pilule : Les dessous de la pilule, écrit par la nutrithérapeuthe Marion Baudier-Melon.

Soigner son système digestif pour augmenter ses chances de grossesse

Le foie est au centre de notre santé. Il métabolise les hormones et est très souvent en cause dans les dérèglements hormonaux s’il a trop de travail.

Les intestins absorbent les nutriments, excrètent les hormones.

Les muqueuses sont très souvent fragilisées par l’alimentation industrielle et le stress, et laissent passer les hormones et les toxines qui ne devraient pas être absorbées, re stimulant les sites récepteurs hormonaux, et redonnant plus de travail à notre foie et à nos reins.

D’autres facteurs qui peuvent aussi jouer : la gestion de la glycémie, la santé de la thyroïde, le fait d’être à l’aise avec son corps et sa féminité, son “mindset”, le respect du rythme circadien (= horloge biologique de 24h), exposition à la lumière naturel/soleil…

Connaître son cycle pour tomber enceinte rapidement

Pour augmenter les chances grossesse, il est important d’apprendre à connaître son cycle qui peut être différent d’une femme à l’autre et notamment à identifier la phase d’ovulation. A retenir :

– Pour un cycle de 28 jours, l’ovulation intervient au jour 14

– Les spermatozoïdes survivent entre 2 et 3 jours dans la glaire cervicale

– L’ovocyte reste fécondable 16 à 24h après l’ovulation

Retrouver des cycles réguliers pour tomber enceinte rapidement

Des cycles réguliers permettront d’optimiser les chances de tomber enceinte :

D’une part car des cycles irréguliers peuvent être liés à des problèmes hormonaux (il faudra en comprendre la cause),

D’autre part car il sera plus facile d’identifier la date d’ovulation.

De bons rapports sexuels pour tomber enceinte rapidement

Des rapports réguliers

Des rapports réguliers, tous les 2 à 3 jours, permettent de maximiser ses chances de concevoir un enfant. Il ne faut pas non plus se mettre la pression, ou même se forcer à avoir un rapport, il faut garder du plaisir, ce qui favoriserait la conception. Il ne faut pas non plus faire l’amour plusieurs fois par jour tous les jours car cela peut appauvrir le sperme.

Des rapportés réguliers autour de l’ovulation sont nécessaires. Il ne faut pas pour autant faire abstinence pendant tout le reste du cycle.

Quelle position durant le rapport ?

Il n’y a pas d’étude conclusive sur les positions qui favoriseraient la fécondation mais certains disent qu’il faut privilégier les positions où l’éjaculation est proche du col de l’utérus, telle que le missionnaire. Il est également souvent recommandé à la femme de rester allongée après le rapport.

La fertilité, on n’oublie pas le papa

Et n’oubliez pas, il n’y a pas que la femme qui doit faire attention à son mode de vie lorsque l’on souhaite avoir un enfant rapidement ! Faire un bébé c’est un projet à deux ! L’homme doit aussi faire attention à son mode de vie, son alimentation, éviter les caleçons trop épais ou les pantalons trop serrés qui peuvent nuire à la production des spermatozoïdes…

Un effort de longue haleine

L’ovule du cycle actuel est le reflet de notre santé d’il y a 3 mois (et pareil pour les spermatozoïdes d’ailleurs).  Il faut environ une 100aine de jours au follicule dominant pour arriver à l’ovulation. Et donc sa santé dépend de ce qui s’est passé dans cette période assez longue, la nutrition est importante donc sur le long terme. Il n’y a pas de recette miracle, on ne peut pas espérer récolter les fruits au bout de quelques jours, c’est un effort sur la durée !

Pour aller plus loin, consulter également notre article Booster sa fertilité : quelles solutions ?

 

SOURCE

[1]  The Influence of Diet on Fertility and the Implications for Public Health Nutrition in the United States

[2] Folic acid supplementation and fecundability: A Danish prospective cohort study

A supplementation was associated with increased fecundability, and this association appeared to be stronger among women with irregular cycles and among women with either short or long cycle length.

[3] The Influence of Diet on Fertility and the Implications for Public Health Nutrition in the United States, Neelima Panth, Adam Gavarkovs, Martha Tamezand Josiemer Mattei, Am J Clin Nutr, Public Health, 31 July 2018

Diet and fertility: a review., Audrey J Gaskins, Jorge E Chavarro, 2018 Apr; 218(4):379-389.

[4] The Influence of Diet on Fertility and the Implications for Public Health Nutrition in the United States

[5]  Dietary fatty acid intakes and the risk of ovulatory infertility, Jorge E ChavarroJanet W Rich-EdwardsBernard A RosnerWalter C Willett, 2007 Jan;85(1):231-7.