HomeGuideGrossesse & régime végétarien

06.11.2019

Par le Dr Corinne Chicheportiche-Ayache, médecin nutritionniste

Grossesse & régime végétarien

alimentationgrossesse

Régime végétarien et grossesse, est-ce compatible ? Et qu’en est-il du régime végétalien ? Peut-on consommer du soja pendant la grossesse ? Réponses du Dr Chicheportiche, médecin nutritionniste.

De plus en plus de femmes aujourd’hui font le choix de régimes végétariens, végétaliens ou même vegan. Enceinte, il faut vérifier qu’à travers ces régimes les femmes obtiennent tout ce qui est nécessaire au développement normal de leur bébé.

Régime végétarien et grossesse

Le régime végétarien est tout à fait compatible avec le développement optimal de l’enfant à naître.

Lorsque le régime n’exclut que la viande et autorise le poisson, les œufs et des laitages, cette alimentation si elle est correctement équilibrée ne posera pas de problème pendant la grossesse.

Si le régime exclut à la fois la viande et le poisson mais permet de consommer des œufs et des produits laitiers, l’alimentation, si elle est équilibrée, n’entrainera pas de carence a l’exception d’une supplémentation en fer qu’il conviendra d’apporter. Il faudra aussi privilégier les autres sources principales d’acides gras essentiels que sont les huiles végétales riches en acides gras polyinsaturés (huile de noix, noisette et de colza) en l’absence de poisson.

Ce qui est important dans ces deux régimes est de s’assurer d’un apport suffisant en protéines pour couvrir les besoins en acides aminés essentiels (ceux qui ne sont pas synthétisés par notre organisme et que seule l’alimentation peut nous apporter). On utilisera les œufs et éventuellement le poisson mais aussi les protéines végétales (Céréales et légumineuses mais aussi le germe de blé très riche en vitamine B12).

Régime végétalien et grossesse

Le régime végétalien comporte des risques de carences sévères qu’il convient de ne pas minimiser notamment en Vitamine B12 et en zinc.

Le risque de carences existe pour de nombreux nutriments (acides aminés, vitamine B12, calcium, zinc, fer). Selon l’importance des carences, la santé du fœtus peut être compromise. Il est alors indispensable de mettre en place une supplémentation médicamenteuse adaptée et il est important d’associer les végétaux entre eux, notamment les légumineuses avec les oléagineux et les légumineuses avec les céréales. Il est alors impératif d’avoir recours à un suivi nutritionnel scrupuleux tout au long de la grossesse.

Soja et grossesse

Le soja est un aliment de plus en plus répandu dans notre alimentation et sous diverses formes : lait de soja, produits laitiers, miso et tofu, germes de soja  …

Cet aliment est une excellente source protéique riche en acides aminés essentiels mais aussi en acides gras essentiels, en minéraux et en vitamines du groupe B.

Les études concernant la consommation de soja chez les femmes enceintes fournissent des résultats contradictoires.

Le soja est riche en phytoestrogènes dont les chefs de file sont les isoflavones.

Ces isoflavones sont singulières dans le sens ou leur configuration moléculaire est proche de celle des oestrogènes (hormones féminines) laissant entrevoir la possibilité de perturbations hormonales chez le fœtus.

Mais à ce stade, rien n’a été scientifiquement démontré.

A l’inverse, le soja pourrait avoir des effets bénéfiques cardio-vasculaires.

Alors finalement, que retenir ? Faut il en consommer ? Et si oui, combien ?

L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) énonce un repère facile à retenir pour les futures mamans : pas plus d’un aliment contenant du soja par jour pendant la durée de la grossesse mais aussi de l’allaitement. Par exemple : une salade de soja ou un verre de tonyu (lait de soja) ou de jus de soja ou un steack de tofu ou un gâteau à base de soja.

Pour conclure, alors qu’un régime végétarien si l’alimentation est équilibrée, peut être poursuivi sans crainte pendant la grossesse, il est préférable de se faire accompagner par un médecin en cas de régime végétalien ou vegan.