HomeGuideHydratation & Allaitement
besoin en eau durant l'allaitement
vous pourriez a-do-rer !

10.06.2020

par Jolly Mama

Hydratation & Allaitement

alimentationallaitementhydratation

Pendant la période de l'allaitement, l'hydratation devient particulièrement importante, étant donné que la production de lait maternel augmente de façon considérable les pertes en eau de la mère.

Le rôle de l’eau dans l’organisme

Le corps humain est constitué majoritairement d’eau. La part en eau varie en fonction de l’âge et des individus.

L’eau joue un rôle primordial dans notre organisme, permettant notamment de transporter les nutriments aux cellules, d’éliminer les déchets, le maintien du corps à la bonne température.

Nous perdons chaque jour entre 2 et 2,5l d’eau et il faut constamment compenser cette perte. Il est ainsi nécessaire de trouver de l’eau grâce à l’alimentation, et de boire de l’eau en complément.

Pendant la grossesse et l’allaitement, le corps subit de nombreuses modifications, notre équilibre hydrique évolue et il faut ainsi adapter sa consommation en eau. 

Allaitement et besoin en eau

En plus des pertes d’eau classique (transpiration, urines, activité physique…), d’autres pertes s’ajoutent pendant l’allaitement.

Le lait maternel est constitué d’environ 87% d’eau. La production moyenne est de 800 ml de lait par jour pour nourrir son bébé. (A noter que la quantité de lait produite dépend de l’âge du bébé, de s’il est allaité exclusivement ou non, du nombre de bébés allaités….)

Par ailleurs, un volume d’eau complémentaire est nécessaire pour l’irrigation veineuse et artérielle des tissus mammaires.

Les besoins en eau sont ainsi augmentés pendant l’allaitement, et cela explique que les mamans allaitantes aient souvent si soif !

Si la maman ne boit pas assez d’eau, il n’y a pas de risque pour le nourrisson qui reçoit ce qu’il faut. Cela se fait au détriment de la mère, qui peut souffrir de certains maux liés à l’apport hydrique insuffisant. 

Par ailleurs, contrairement à certaines croyances, boire plus que de raison n’augmentera pas la production de lait maternel, et se restreindre lors d’un période de sevrage ne diminuera pas la production de lait. Les données scientifiques montrent invariablement que ni l’augmentation ni la restriction de la quantité de liquides consommée n’affectaient le volume de lait produit

Il faut à tout moment maintenir un apport hydrique correspondant aux besoins, sans excès dans un sens ou dans l’autre.

Comment bien s’hydrater pendant l’allaitement

Pendant l’allaitement, il est important d’avoir un bon apport hydrique, à travers l’alimentation et l’apport en boisson (eau).

Du point de vue de l’alimentation, la maman allaitante doit manger équilibré, consommer de nombreux fruits et légumes et éviter les produits trop gras et sucrés.

Côté boisson, il faut privilégier l’eau, les tisanes et éviter les boissons sucrées.

Quelle eau choisir pendant mon allaitement ?

Pendant l’allaitement, vous pouvez tout à fait consommer de l’eau de robinet en France. Les mamans inquiètes peuvent demander les résultats d’analyse de l’eau en mairie.
Pour les mamans allaitantes préférant une eau en bouteille, il est préférable de consommer de l’eau faiblement minéralisée (comme Mont Roucous) qui évitera la rétention d’eau et limitera la surcharge rénale pour la future maman.

Allaitement et besoin en eau de bébé

En ces temps de forte chaleur, on se met en mode open bar, et on propose souvent le sein à son bébé.

Un bébé exclusivement allaité n’a absolument pas besoin d’être complémenté en eau, voir notre article là -dessus.

Allaitement et Hydratation – à retenir  

Pendant l’allaitement, la maman a besoin d’un apport en eau plus important, de l’ordre de 700 ml/jour.

La maman allaitante doit veiller à boire de l’eau tout au long de la journée pour combler ces besoins complémentaires. Le nourrisson reçoit les nutriments et l’eau dont il a besoin, parfois au détriment de la mère, et la quantité de lait produite est fonction de la demande de l’enfant.

Veillez à écouter votre soif et vous aurez de bonnes chances de maintenir un équilibre hydrique.