HomeGuideGrossesseLe curieux impact du COVID sur les naissances prématurées
Hydratation et grossesse
vous pourriez a-do-rer !
  • Vanille et noix de macadamia

    Vanifique!

    découvrir
  • Granola à la tomate et aux herbes de provence

    Tomat'
    apero !

    découvrir

13.01.2021

par Jolly Mama

Le curieux impact du COVID sur les naissances prématurées

covid19grosseseeprématurité

Cette année, au milieu de l'épidémie meurtrière de COVID 19, un curieux phénomène a fait surface, surprenant la communauté médicale : la baisse spectaculaire et drastique des naissances prématurées.

Un phénomène qui a pu être observé partout dans le monde…Mais alors, comment les scientifiques l’expliquent-t-il alors que l’infection au coronavirus est problématique pour les femmes enceintes ?

Les causes de la prématurité

Les causes de la prématurité sont encore largement inconnues. D’un point de vue immunitaire, la grossesse est un moment particulier.  C’est un équilibre à trouver pour notre organisme : faire grandir un fœtus (un corps finalement “étranger”), repousser les infections, et en même temps, ne pas causer une réaction immunitaire trop forte qui pourrait impacter le fœtus…

La seule chose que les scientifiques peuvent affirmer, c’est que pour diminuer le risque de prématurité, il faut être en bonne santé, et que les cigarettes comme le diabète ont des conséquences négatives sur la grossesse. Mais pour le reste, la prématurité reste souvent multi factorielle.

COVID et prématurité : qu’est ce qu’on a pu observer ?

Les naissances prématurées ont drastiquement diminué dans le monde entier, comme des études l’ont montré en Inde [1], en Irlande [2], aux Pays-Bas [3] ou encore au Danemark [4].

En Irlande, les scientifiques ont pu observer les effets sur les naissances dans la seule maternité pour 450,000 habitants des comtés de Limerick, Clare et North Tipperary. Si l’on compare la période de janvier au 30 avril 2020 par rapport aux 20 années précédentes, le nombre des naissances prématurées a ainsi chuté de 73% : le taux passe de 2,17 pour 1000 durant la période de confinement au lieu des 8.18 pour 1000 naissances en moyenne ![5]

Dans une étude parue en Novembre 2020 dans The Lancet, les chercheurs indiens ont pu identifier une diminution de 43% dans les admissions à l’hôpital comparée à la période contrôle (10 semaines avant le confinement)[6].

On aurait pu craindre que cette diminution des admissions conduise à une aggravation des urgences, mais elle s’est accompagnée d’une réduction de 66% des urgences obstétricales par rapport à la même période l’année précédente.

Dans une autre étude parue en Octobre 2020 toujours dans The Lancet, des chercheurs du Centre médical Erasme de Rotterdam (Pays-Bas) ont constaté une diminution conséquente de naissances prématurées suite aux mesures de confinement mises en place dans le pays [7]. Les chercheurs ont d’autre part analysé que la réduction des naissances prématurées était d’autant plus notable dans les quartiers plus favorisés, sans en comprendre la raison.

L’étude au Danemark montre quant à elle une réduction de 90% du nombre de naissances extrêmement prématurées sur la période par rapport aux cinq années précédentes ! [8]

A noter que les chercheurs n’ont pas noté de différence significative entre les périodes pour les naissances des bébés nés à terme.

COVID et prématurité : quelles sont les hypothèses de cette baisse des naissances prématurées?

COVID et prématurité : les hypothèses les plus évoquées

Parmi les hypothèses de cette baisse :

– une réduction de la pollution de l’air,

– moins d’infections et de germes pathogènes qui circulent avec les gestes barrières et l’isolement,

– une réduction du stress lié au travail ou aux déplacements domicile-travail,

– une réduction de l’activité (notamment debout, trop physique), qui quand elle est trop intense, accroît le risque de prématurité,

– un allongement du congé maternité, notamment avant l’accouchement.

L’hypothèse de la pollution atmosphérique réduite serait à ce jour la plus évoquée, car plusieurs études ont pu montrer que la pollution augmente le risque d’accouchement prématuré [9].

COVID et prématurité : autre hypothèse

Avec le COVID, on a vu également une diminution des visites prénatales, des checks up en présentiel. Ce pourrait-il qu’une certaine proportion des naissances prématurées seraient dû à une intervention médicale ?  Comme si une réduction des prises en charge et des diagnostics avait conduit à moins de traitement/d’interventions, et paradoxalement avait aussi conduit à une augmentation des grossesse à terme. L’hypothèse serait que l’absence de suivi aurait conduit à moins d’interventions non nécessaires, quand parfois rien faire s’avérait être la meilleure action…

A suivre !

Attention cependant aux effets du COVID si vous êtes enceinte

Ce phénomène ne doit pas masquer le fait que l’infection au COVID reste problématique chez les femmes enceintes, en raison de l’augmentation du risque de prématurité et du risque de développer des formes graves.

Dans une étude Américaine parue en Novembre 2020  il apparaît que le taux de prématurité chez les enfants était plus élevé pour ces grossesses (12.9% versus 10.2% habituellement) [10].

Une autre étude sur 400,000 femmes entre 15 et 44 ans, enceintes, positives au COVID 19 et symptomatiques [11], a montré que les femmes enceintes étaient plus à risque de développer des formes graves.

Une hypothèse serait que la grossesse entraîne des changements physiologiques qui augmenteraient les risques (changements dans la réponse immunitaire, réduction des capacités respiratoires, risque plus élevé d’avoir des caillots de sang ou de faire des thromboses…).

Pas de raison de paniquer cependant, mais on fait encore plus attention enceinte !

 

SOURCES :

[1] COVID-19 outbreak and decreased hospitalisation of pregnant women in labour, Vimla Kumari, Kalpana Mehta, Rahul Choudhary, July 14 2020, The Lancet

[2] Roy K Philip,  Helen Purtill, Elizabeth Reidy, Reduction in preterm births during the COVID-19 lockdown in Ireland: a natural experiment allowing analysis of data from the prior two, 10.1101/2020.

[3] Impact of COVID-19 mitigation measures on the incidence of preterm birth: a national quasi-experimental study, volume 5, issue 11, E604-E611, November 01, 2020, Jasper V Been, PhD, Lizbeth Burgos Ochoa, MSc, Loes C M Bertens, PhD, The Lancet

[4] Changes in premature birth rates during the Danish nationwide COVID-19 lockdown: a nationwide register-based prevalence proportion study, Gitte Hedermann, Paula L Hedley, Marie Bækvad-Hansen, Henrik Hjalgrim, Klaus Rostgaard, Porntiva Poorisrisak, Morten Breindahl, Mads Melbye, David M Hougaard, Michael Christiansen, Ulrik Lausten-Thomsen

[5] Roy K Philip,  Helen Purtill, Elizabeth Reidy, Reduction in preterm births during the COVID-19 lockdown in Ireland: a natural experiment allowing analysis of data from the prior two, 10.1101/2020.

[6]  COVID-19 outbreak and decreased hospitalisation of pregnant women in labour, Vimla Kumari, Kalpana Mehta, Rahul Choudhary, July 14 2020, The Lancet

[7]  Impact of COVID-19 mitigation measures on the incidence of preterm birth: a national quasi-experimental study, volume 5, issue 11, E604-E611, November 01, 2020, Jasper V Been, PhD, Lizbeth Burgos Ochoa, MSc, Loes C M Bertens, PhD, The Lancet

[8]  Changes in premature birth rates during the Danish nationwide COVID-19 lockdown: a nationwide register-based prevalence proportion study, Gitte Hedermann, Paula L Hedley, Marie Bækvad-Hansen, Henrik Hjalgrim, Klaus Rostgaard, Porntiva Poorisrisak, Morten Breindahl, Mads Melbye, David M Hougaard, Michael Christiansen, Ulrik Lausten-Thomsen

[9] Air Pollution and Preterm Birth: Do Air Pollution Changes over Time Influence Risk in Consecutive Pregnancies among Low-Risk Women? Pauline Mendola  Carrie Nobles, Andrew Williams Seth Sherman,  Int J Environ Res Public Health. 2019 Sep; 16(18): 3365. Published online 2019 Sep 12.

[10]  Woodworth KR, Olsen EO, Neelam V, et al. Birth and Infant Outcomes Following Laboratory-Confirmed SARS-CoV-2 Infection in Pregnancy — SET-NET, 16 Jurisdictions, March 29–October 14, 2020. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2020;69:1635–1640.

[11] Zambrano LD, Ellington S, Strid P, et al. Update: Characteristics of Symptomatic Women of Reproductive Age with Laboratory-Confirmed SARS-CoV-2 Infection by Pregnancy Status — United States, January 22–October 3, 2020. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2020;69:1641–1647.