HomeGuideAlimentationLes aliments interdits pendant l’allaitement

04.01.2019

par Jolly Mama

Les aliments interdits pendant l’allaitement

alimentationinterditrégimeSanté

Que puis-je manger pendant mon allaitement ?
Y a-t-il des aliments interdits ?
Certains aliments ou produits présentent-ils des risques pour la santé de la maman et de son bébé ? Nous essayons à travers cet article de répondre aux questions fréquemment posées.

Pendant la grossesse et l’allaitement, l’alimentation de la maman est essentielle : vous devez non seulement couvrir vos besoins mais également ceux de votre bébé. Il ne faut surtout pas la négliger.

Alors que vous sortez de neuf mois de grossesse pendant lesquels de nombreux aliments vous étaient interdits, vous pouvez vous demander ce qu’il en est et ce que vous pouvez manger pendant l’allaitement sans porter atteinte à la santé de votre enfant.

Les études sur le sujet sont rarement clairement concluantes mais nous pouvons dire qu’il n’y a pas d’aliment totalement interdit mais plutôt « à éviter», nous les listons ci-après.

Une bonne alimentation pendant l’allaitement pour un bon lait maternel

Il est très important d’avoir une alimentation saine et variée pendant l’allaitement pour obtenir un bon lait maternel pour son bébé et garder la forme.

L’alimentation de la maman influe sur la composition du lait pour son bébé. Il faut donc la soigner et s’assurer qu’elle soit équilibrée et riche en vitamines et nutriments.

Il ne faut pas négliger les bons acides gras et notamment les omégas 3, que l’on trouve particulièrement dans les poissons (favorisez les petits, nous vous expliquons après pourquoi).

N’oubliez pas que l’allaitement consomme beaucoup d’énergie, il faut ainsi adapter votre alimentation en fonction. Pour cela,  vous pouvez ajouter deux collations à votre alimentation journalière classique. Ce n’est pas le moment de faire un régime ! Pensez également à bien vous hydrater.

Pendant l’allaitement, il est parfois difficile de trouver le temps de se préparer à manger tant bébé occupe tout notre temps mais dans la mesure du possible, préférez les plats « maison » fabriqués à base de produits frais. Évitez les produits industriels, ultra transformés qui sont souvent trop riches en gras saturés, sel et sucre.

Demandez à votre famille et amis de vous apporter des plats “maison”, ou préparez des plats avant l’accouchement que vous congelez pour avoir une réserve de repas faciles à réchauffer après la naissance.

Évitez également les sodas et autres boissons trop sucrés. Si vous voulez en savoir plus, allez consulter notre article « Alimentation pendant l’allaitement ».

Les laitages pendant l’allaitement

La plupart des mamans peuvent consommer des laitages sans aucun souci ou effet indésirable sur le bébé.

Chez certains bébés, les laitages peuvent toutefois entraîner des coliques, du fait d’une intolérance aux protéines de lait de vache, si leur système digestif est encore immature. SI vous pensez que cela peut être le cas, essayez d’arrêter les laitages dans votre alimentation quelques jours voire 2 à 3 semaines  et voyez si vous notez un changement sur le comportement de votre bébé.

D’autres bébés peuvent être allergiques aux protéines de lait de vache (PLV). Cela se traduit souvent par de fortes régurgitations de l’enfant. Si vous soupçonnez cette allergie, parlez-en avec votre pédiatre, qui vous précisera ce qu’il faudra bannir ou diminuer dans votre alimentation.

Les poissons pendant l’allaitement

Les poissons sont une source importante d’oméga 3. L’alimentation maternelle peut avoir un impact important sur le profil qualitatif des lipides lactés, ce qui nécessite de faire encore plus attention à nos apports en oméga 3 et DHA durant cette période, pour nous et notre enfant.

Faîtes attention à votre consommation de poissons, choisissez les plus petits possibles (sardines, anchois, maquereaux, rougets…).

Plus ils sont gros, plus ils contiennent du mercure qui peut se retrouver ensuite dans le lait maternel de votre bébé.

Limitez-vous à une fois par semaine au maximum pour les gros poissons sauvages comme le thon, le bar ou l’espadon.

Pour en savoir plus sur quel poisson consommer, allez voir notre article sur le sujet.

La caféine pendant l’allaitement

Le café est la source la plus courante de caféine, mais d’autres aliments et boissons, dont le chocolat ou le cacao, le thé, le cola et certains médicaments, en contiennent également. Le principal métabolite de la caféine agit sur les récepteurs de l’excitabilité neuronale. 

Pendant la grossesse, il est déconseillé de boire du café ou alors il faut se limiter à une tasse par jour car la caféine est transmise au bébé via le placenta.

Pendant l’allaitement, la caféine consommée par la mère passe dans le lait maternel. La caféine a une demi-vie plus longue dans la petite enfance, avec une élimination encore plus tardive chez les enfants nourris au sein. Les effets pour le bébé peuvent être divers : des difficultés d’endormissement, du reflux, des coliques ou une agitation anormale.

Toutefois, l’EFSA suggère que « la consommation habituelle de caféine à des doses de 200 mg par jour par les femmes allaitantes ne pose pas de problème de sécurité pour le nourrisson allaité ».

Il vaut donc mieux limiter la consommation de caféine pendant toute la durée de l’allaitement. Si vous voulez en savoir plus, allez consulter notre article “Café et Allaitement”.

L’alcool pendant l’allaitement

De nombreuses études montrent les dangers de l’alcool pendant la grossesse, notamment sur le développement de l’enfant.

Les résultats des études sur l’allaitement montrent que la consommation d’alcool va impacter la qualité de sommeil de votre bébé et réduire la quantité de lait consommé. L’alcool passe librement dans le lait maternel par diffusion, à peu près aux mêmes concentrations que dans le sang maternel et les nouveau-nés métabolisent l’alcool environ deux fois moins vite que les adultes.

Si toutefois vous souhaitez boire un petit verre de temps en temps, essayez de le prendre juste avant la tétée, le ventre plein, et attendez entre 2 et 3 heures avant la prochaine tétée. La seule façon d’éliminer l’alcool dans son sang, et donc dans son lait, est d’attendre.

Si vous êtes inquiète, vous pouvez également prévoir de tirer votre lait dans les jours qui précèdent. Pour en savoir plus, allez consulter notre article “Alcool et Allaitement”, et pour plus de précisions sur la quantité réelle d’alcool ingérée par votre nourrisson allez voir cet article.

Les aliments qui freinent la production de lait maternel

Il existe des aliments connus pour avoir des effets anti-galactogènes (c’est-à-dire qui freinent la production de lait maternel) :

– la sauge

– le persil

– l’oseille

– la menthe

– l’artichaut

Faîtes attention si vous en consommez, sauf si vous êtes en période de sevrage !

Les aliments qui changent le goût du lait maternel

Certains aliments ou produits sont connus pour donner un goût particulier au lait maternel. On déconseille aussi fréquemment de consommer du chou ou de l’ail.

La Leche League dit pourtant qu’il ne faut pas bannir de votre alimentation des aliments pour leur goût. Au contraire, cela apprendra la diversité à votre bébé.

Pour conclure

Contrairement à la grossesse où vous ne pouviez pas manger tout ce que vous souhaitiez, il n’existe pas vraiment d’aliment interdit pendant l’allaitement, mais des aliments ou produits à éviter pour la santé de la maman et du bébé !

Restez attentive à vos réactions et à celles de votre bébé face à ce que vous pouvez manger. Faites notamment attention aux coliques et douleurs abdominales que peut avoir votre enfant.

Il est également possible que votre bébé soit allergique à un aliment et que cela se retranscrive sous différents symptômes : troubles digestifs (régurgitations, RGO) ou cutanés (eczéma par exemple). Si vous avez le moindre doute, vérifiez qu’il n’y a pas une allergie ou une intolérance alimentaire.

Comme pendant la grossesse, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé, dès que vous avez une inquiétude ou besoin de conseils spécifiques. Vous serez plus sereine et pourrez mieux profiter de votre allaitement et, surtout, de votre bébé !