HomeGuideAccouchementMontée de lait : ce qu’il faut savoir
Montée de lait
vous pourriez a-do-rer !
  • Lot découverte allaitement

    Découverte Allaitement

    découvrir

04.01.2019

Montée de lait : ce qu'il faut savoir

AccouchementcolostrumMontée de laitnaissance

Vous avez décidé lors de votre grossesse d’allaiter votre enfant après votre accouchement et vous vous posez des questions sur la montée de lait ? Est-ce que la montée de lait est douloureuse? Aurais-je assez de lait pour mon enfant?

Nous vous donnons quelques conseils pour appréhender sereinement cette étape importante de l’allaitement, et soulager les douleurs que vous pourriez avoir, notamment en cas d’engorgement.

Si vous avez fait le choix de ne pas allaiter, nous vous expliquons pas à pas ici comment stopper votre montée de lait, naturellement.

Qu’est-ce que la montée de lait ?

La production du colostrum débute dès la naissance, voire la fin de la grossesse. Il s’agit d’un liquide jaune et épais, très riche en micro-nutriments et qui va permettre de subvenir aux besoins de votre bébé avant que votre lactation se mette en place.

La montée de lait est le passage du colostrum au lait plus mature et plus épais, riche en lactose, qui signale le démarrage de la lactation.

Combien de temps après l’accouchement vais-je avoir ma montée de lait ?

Toutes les femmes, sauf rares exceptions, qu’elles aient accouché par voie basse ou par césarienne, qu’elles aient opté pour l’allaitement ou non, vont connaître une montée de lait.

Cette montée de lait est causée par la chute des hormones après l’accouchement, qui elle-même entraîne la production d’une autre hormone, la prolactine, qui permet la lactation.

La montée de lait démarre en général entre le 3ème et le 4ème jour après l’accouchement. Dans certains cas, elle peut-être retardée au 5ème ou 6ème jour. Si c’est votre cas, n’hésitez pas à demander à une conseillère en lactation ou à une sage-femme de vous aider.

Comment reconnaître la montée de lait ?

Cela dépend des mamans : certaines vont sentir leur poitrine gonfler après l’accouchement, et avoir leur seins plus tendus que durant la grossesse, d’autres ne sentiront rien de particulier. Il n’y a pas de “montée de lait” à proprement parler. C’est la succion du bébé (ou parfois le simple fait de l’entendre pleurer) qui va provoquer la production d’ocytocine, qui elle même va déclencher le réflexe d’éjection du lait hors du sein.

Comment soulager les douleurs éventuelles liées à la montée de lait ?

Les douleurs lors de la montée de lait ne sont pas une fatalité ! Le principal remède contre les engorgements est tout simple: c’est votre bébé. Plus votre bébé est au sein, plus il tète régulièrement, plus vos seins seront correctement drainés, et moins ils seront douloureux.

Si votre bébé a du mal à prendre le sein car il est trop tendu, aider-le en le pinçant pour qu’il puisse plus facilement l’attraper et boire, ou essayer de les assouplir par un léger massage.

Vous pouvez également essayer différents remèdes de “grand-mère” pour vous soulager si les seins deviennent douloureux :

Appliquer une vingtaine de minutes dans votre soutien gorge des compresses froides ou encore des serviettes glissées au congélateur, ce qui va favoriser un meilleur drainage et une diminution de l’œdème,

Prendre une douche chaude ou envelopper le sein dans une serviette chaude,

Utiliser des feuilles de choux vert en les pressant bien au préalable afin de libérer leurs propriétés anti-inflammatoire et antalgiques, et les placer sur votre poitrine une vingtaine de minutes.

Vous pouvez aussi exprimer votre lait manuellement en plaçant les doigts des deux côtés, et en appuyant vers l’intérieur (vers vos côtes), puis en pinçant pour faire sortir le lait. Le geste nécessite une certaine technique pour prendre le coup de main. Demandez à une sage femme spécialisée en allaitement de vous montrer le bon geste.

Comment favoriser une montée de lait?

Pour favoriser une bonne mise en place de la lactation, on laisse bébé au sein sans regarder la montre

Dans un premier temps, il est important d’avoir votre bébé en peau à peau dans la première heure qui suit la naissance. Laissez votre enfant se diriger instinctivement pour téter. Il sera guidé naturellement vers les mamelons qui ont la même odeur que le liquide amniotique.

Il est important d’allaiter votre bébé à la demande pour installer une bonne lactation. Bébé sait comment réguler son alimentation. Pas besoin d’attendre une certaine durée (3-4 heures) entre les tétés, mais allaiter aussi souvent que votre bébé en exprime le besoin, surtout les premières semaines.

Les tétés fréquentes (toutes les 1-2 heures) les premiers jours de l’allaitement sont normales, et permettent de dire à votre corps de produire du lait. C’est la loi de l’offre et de la demande qui s’applique: plus le bébé tète, plus votre corps produit de lait. Le besoin de tétée et de succion de votre enfant peut-être intense les premières semaines. En plus de vouloir se nourrir, votre bébé aime être contre vous pour se rassurer et s’adapter à son nouvel environnement.

Un conseil : laisser bébé téter aussi longtemps qu’il le veut. Pour certains bébés, les tétés dureront 20 minutes, d’autres pourront mettre plus longtemps. Attendez que bébé lâche le sein pour lui proposer le second. A la tétée suivante,  vous pouvez commencer par le second sein. En moyenne, votre bébé peut téter entre 8 à 12 fois en 24 heures les premières semaines (ce n’est qu’une moyenne, des bébés téteront bien plus).

On ne panique pas avec les marathons au sein

Si vous avez l’impression que bébé est constamment au sein, cela n’est pas forcément signe d’une production insuffisante ou d’une mauvaise succion. Si votre bébé mouille 5 à 7 couches par jour, il a une alimentation suffisante.

Les “marathons” au sein sont fréquents entre 2-3 semaines, 6 semaines et 3 mois et correspondent à des périodes de croissance, où votre lactation doit s’adapter aux besoins de votre bébé. La meilleure chose à faire est de laisser votre enfant téter sans regarder la montre.

On s’entoure d’experts et de personnes bienvaillantes

En cas de doute, n’hésitez pas à demander à une IBCLC de vérifier la succion de votre bébé après la naissance et sa prise du sein. 

Votre bébé doit avoir bien en bouche votre mamelon, ainsi qu’une bonne partie de l’aréole (la région pigmentée qui entoure le sein). Il ne doit pas mâchouiller, ou avoir l’air de devoir faire un effort pour se maintenir au sein. Des seins douloureux (crevasses) peuvent aussi être le signe que la position de bébé au sein n’est pas bonne. Une IBCLC pourra identifier d’éventuels problèmes de frein de langue (quand votre bébé n’a pas une bonne mobilité de sa langue, et que celle-ci est trop attachée au palais).

Pour bien préparer votre allaitement, informez-vous également pendant votre grossesse et entourez-vous de personnes informées et positives sur l’allaitement (des sages femmes, des amies qui ont allaité et pour qui cela s’est bien passé). Cela vous permettra de vous sentir plus relaxée. N’hésitez pas à contacter la Leche League de votre région, ou à consulter les ressources multiples sur leur site internet.

On se repose et on prend soin de soi

Le calme est aussi important. En effet, l’éjection de lait n’est pas qu’une réaction mécanique. Le stress peut bloquer la production d’ocytocine qui rentre en jeux dans le réflexe d’éjection du lait. Prenez-soin de vous : limitez les visites, surtout les premiers jours, faites-vous cocooner et rester au lit avec votre bébé. Buvez suffisamment d’eau (mais à votre soif, boire plus n’aura aucune incidence sur votre production de lait) pour éviter de vous déshydrater. Et soignez votre alimentation.

Allaitement : Comment les produits Jolly Mama peuvent vous aider

Chez Jolly Mama, on est passé par là, et c’est pourquoi on a eu l’idée de créer des snacks gourmands, pleins de vitamines et minéraux, qui peuvent aussi vous aider à récupérer, et à bien démarrer votre allaitement.

Ils sont sources de vitamines et minéraux, pour vous faire du bien et vous aider à bien vous nourrir les premières semaines et après.

Cerise sur le carré, notre gamme allaitement contient du fenugrec (et d’autres ingrédients communément considérés comme galactogènes comme l’avoine ou les graines de lin, voir notre article “Aliments galactogènes”).  Mais ce n’est qu’un ingrédient parmi d’autres, puisque l’important est d’abord et avant tout de « nourrish the mama » !