HomeGuideAlimentationNos conseils pour accompagner vos enfants Ă  bien manger
accompagner ses enfants pour bien manger

21.05.2020

par Gaelle Ribiere Moraud- psychomotricienne spécialisée en pédiatrie

Nos conseils pour accompagner vos enfants Ă  bien manger

alimentation

Le repas est un vrai enjeu dans la vie sociale et affective. Il n’est pas toujours facile de savoir comment s’y prendre pour que nos enfants mangent bien. Découvrez nos recommandations pour prévenir les difficultés alimentaires de votre enfant mais aussi nos conseils pour les dépasser.

Qu’est-ce que la zone orale ?

La zone orale est composĂ©e de la bouche qui est au centre mais aussi des lèvres, de la langue, des glandes salivaires…

Elle a plusieurs fonctions notamment celle du nourrissage (manger, boire), du plaisir (tétées, bisous) mais aussi d’outil de communication (parole). En ce sens, si la zone orale est bien investie, la mise en place du langage, de la relation à l’autre, de la communication se développeront harmonieusement. Ainsi, le développement de la zone orale a également une place prépondérante dans la confiance en soi et l’image de soi.

Mais certains enfants n’ont pas suffisamment stimulé leur zone orale et peuvent mettre en place des stratégies pour éviter de trop la solliciter. On observe alors l’évitement de certains aliments ou des refus alimentaires en tous genres. Ces comportements, parfois difficiles à supporter pour les parents, risquent de se cristalliser. Il est donc important de prévenir ces troubles au plus tôt.

Qu’est-ce que les troubles de l’oralité ?

Chez l’enfant, les troubles de l’oralité peuvent avoir une origine fonctionnelle (trouble de la déglutition, de la mastication, de la succion) et/ou sensorielle.

Chez l’enfant les troubles sensoriels se caractérisent par :

– Des repas très lents et parfois rythmĂ©s par des hauts de cĹ“ur

– Des repas qui deviennent sources de conflits entre l’enfant et ses parents

– Un faible plaisir Ă  manger

– Une sĂ©lection très poussĂ©e des aliments : sĂ©lection de certains aliments en fonction de ses prĂ©fĂ©rences, en fonction des couleurs ou d’une marque en particulier. Le panel alimentaire est très rĂ©duit

– L’enfant met peu les objets en bouche

– L’enfant tolère peu les morceaux au-delĂ  de 18 mois

– L’enfant ne supporte pas avoir les mains sales

Comment prévenir les troubles de l’oralité ?

Il est tout à fait possible de prévenir les troubles de l’oralité. Voici nos principales recommandations pour les repas.

– AmĂ©nagez l’environnement pour que le repas soit le plus serein possible. Pour cela, Ă©vitez les Ă©crans ou les sur-stimulations comme les livres, les jeux.

– Veillez Ă  la posture de votre enfant lors du repas : privilĂ©giez des chaises hautes avec soutien sous les pieds ou placez des marches afin que ses pieds soient bien Ă  plat au sol. En effet, sentir les limites de son corps favorise le sentiment de sĂ©curitĂ© et de contenance, nĂ©cessaire en temps de repas.

– Partagez vos repas en famille ! Les repas ont une forte connotation sociale et de convivialitĂ©. Cela engage l’enfant et l’adulte dans la relation. Lorsque vous faĂ®tes dĂ©jeuner ou dĂ®ner votre enfant, veillez Ă  ĂŞtre disponible dans la relation. Mettez Ă  l’écart les tĂ©lĂ©phones et Ă©crans qui peuvent crĂ©er une distraction, et vous rendre moins en Ă©change avec votre enfant. Favoriser des repas que vous partagez avec lui, l’imitation incite l’enfant Ă  faire comme vous et donc de mieux manger.

Voici quelques jeux pour accompagner votre enfant dans la motricité impliquée dans la transformation du bol alimentaire.

Il existe un lien entre oralité alimentaire et verbale, nous vous encourageons donc à faire :

– Des grimaces, jeux de souffle, jeux d’expression des Ă©motions/jeux de faire semblant

– Des imitations ou bruitages : bruits d’animaux, onomatopĂ©es

– Des mots devant un miroir notamment pour que l’enfant prenne conscience que sa bouche s’ouvre et se ferme

– des jeux de transvasements, des jeux de rentrĂ©e/sortie qui vont permettre Ă  votre enfant de prendre conscience que son corps se remplit en mangeant puis se vide aux toilettes.

Comment accompagner les troubles de l’oralité déjà installés ?

Pour aider votre enfant à se défaire de son trouble de l’oralité, il faudra l’accompagner avec beaucoup de patience et de bienveillance. Voici nos conseils.

– Veillez Ă  respecter le rythme de l’enfant en le faisant manger Ă  des heures qui sont les siennes, c’est-Ă -dire entre 11h et 12h30 puis 18h30 et 19h30. Gardez le mĂŞme rituel de l’avant, pendant et après, par exemple jeux, bain, repas.

– Laissez-le dĂ©couvrir les aliments sensoriellement. L’enfant a besoin de toucher avec ses mains, de manger avec ses mains. Laissez-lui le temps de faire ces expĂ©riences et aidez-le Ă  manger si besoin avec une deuxième cuillère.

– Laissez-le mettre des choses en bouche en vous assurant bien sĂ»r que la taille est suffisante pour ne pas s’étouffer. Evitez donc de lui dire de ne pas mettre en bouche.

– Veillez Ă  ne pas culpabiliser votre enfant s’il mange avec les doigts ou qu’il en met partout autour de lui. Le repas et la mise en bouche doivent rester un moment de plaisir.

– Accompagnez-le dans le dĂ©veloppement de ses cinq sens : l’enfant a besoin de dĂ©couvrir sensoriellement ce qu’il mange.

Il a besoin de sentir, toucher et voir les aliments qui composent son repas.

Toucher : Corporel (massages corps), développer la sphère orale (laisser mettre objets à la bouche, laisser l’enfant se salir massages visage, jeux de patouille)

Odorat : Faire la cuisine ensemble, jeux du loto des odeurs, dire à l’enfant qu’il peut sentir les aliments

Vue : Présenter les aliments de façon ludique en les classant par couleurs ou en faisant le marché ensemble

Ouïe : penser aux textures croquantes. Le feedback auditif favorise la mastication.

Goût : découverte de nouveaux goûts d’abord en priorisant les aliments qui ont une même texture, puis ensuite introduisez avec nouvelles textures), proposer également de goûter ce qu’il y a dans notre assiette (en fonction de l’âge et de sa manifestation).

Gaelle Ribiere Moraud- psychomotricienne spécialisée en pédiatrie - fondatrice de Eveil&Conseil

Voir le site Eveil&Conseil